Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
Mardi 15h30 - 18h30 
Jeudi et Vendredi 08h30 - 11h30

 

 

 

Site internet :

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook :

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 13:53

Notre vie en société est pleine de gestes significatifs. Pensons à la flamme du soldat inconnu, au salut aux couleurs, aux manifestations. Chaque fois il y faut un objet porteur, une réalité visible sur laquelle se porte l’attention. Dans les cas cités, la flamme, le drapeau, la marche collective. Mais l’objet signifiant ne suffit pas : il est nécessaire d’en dire la signification par des discours, des pancartes, des slogans etc. N’oublions pas qu’un sacrement est un signe sensible commenté par des paroles. C’est pourquoi Éphésiens 5,26 définit le baptême comme « un bain d’eau qu’une parole accompagne ». Ainsi, des objets ordinaires se voient pourvus d’une portée nouvelle. Remarquons que les signes civils énumérés ci-dessus peuvent revêtir un caractère « sacré » : les trois couleurs cessent d’être simplement un morceau de tissu ; il serait blasphématoire de les brûler ou de les piétiner. Pourquoi comparer les sacrements à tous ces rites civils ? Pour prendre conscience du fait que les sacrements ne sont pas des pratiques bizarres et qu’ils s’inscrivent dans un langage universel. Dans l’Eucharistie, voici du pain et du vin, nourritures élémentaires, sur lesquelles va être prononcé un récit qui leur donnera une signification inattendue, qui récapitulera toute la Bible : une Nouvelle Alliance.

Nouvelle Alliance dans le corps et le sang du Christ (voir le récit de la dernière Cène qui constitue la « consécration »). Quand nous disons Alliance, nous ne parlons pas seulement de notre alliance avec Dieu mais aussi de notre alliance entre nous et enfin de notre alliance avec la nature. Comme le dit l’offertoire, le pain et le vin sont des dons de Dieu, mais ils nous parviennent par le travail de la nature et par celui des hommes. Comme si notre alliance avec Dieu nous faisait nous aussi créateurs. Le pain et le vin, avant même les paroles qui vont leur donner leur sens définitif, ont déjà une signification : ils disent notre rapport à la nature nourricière et aussi nos rapports sociaux : on se bat pour posséder les terres fertiles, on se rassemble pour partager le repas. Puisque le Christ nous donne sa chair et son sang pour que nous en fassions notre nourriture, puisqu’il donne au lieu de prendre, c’est le sens de convivialité qui va prendre des significations nouvelles et inouïes. Répétons-le, l’Eucharistie n’a pas pour but de nous donner la présence divine mais, par cette présence, de nous rassembler en un seul corps. La communion avec Dieu se traduit par la communion entre les hommes. C’est bien pour cela qu’il convient de se réconcilier avec les autres avant de « venir présenter l’offrande à l’autel » (Matthieu 5,24).

Nous faisons erreur si nous nous rendons à l’Eucharistie uniquement pour observer un précepte ou pour satisfaire à un besoin de prière personnelle. Nous devons nous y rendre pour faire Un avec l’humanité entière représentée par l’assemblée, paroissiale ou autre. « Pourquoi vais-je à la Messe ? », voilà une question à nous poser en nous y rendant. Nous allons retrouver des gens connus et des inconnus. Certains nous énervent ; ils chantent faux, ou trop fort, ils s’habillent d’une manière qui nous offusque… Franchissons les obstacles pour accéder à l’essentiel : Accueillons en nous ces frères et soeurs pour lesquels le Christ a donné et donne sa vie. L’assemblée eucharistique n’est pas seulement réunion, elle est communion. Il est bien entendu que ce rassemblement dans l’amour ne se cantonne pas au temps de la célébration. L’amour qui amène le Christ à nous donner sa chair et son sang devient pour chacun de nous l’énergie qui nous relie aux autres. « Faites cela en mémoire de moi » ne s’applique pas seulement au rite, à la célébration. Il s’agit de refaire ce que Jésus a fait, c’est-à-dire de donner nous aussi notre vie. Dans la première lettre de Jean (3,16) nous lisons : « À ceci nous avons connu l’amour : c’est que Celui-là a livré sa vie pour nous. » Comment donner notre vie ? Comment laver les pieds des autres ? À chacun de le découvrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by paroisse saint vincent de paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article

commentaires