Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 16:50

Né à Saint-Romain, dans le diocèse de Valence, Guigues est le cinquième prieur de la Chartreuse. Saint Bruno, qui avait fondé la Chartreuse en 1084, l'avait quittée pour Rome en 1088 et était mort en Calabre en 1101. Guigues ne le rencontra donc jamais, mais, quand il entra lui-même à la Chartreuse en 1106, il trouva des moines qui avaient connu le fondateur. En 1109, il fut élu prieur et il le resta jusqu'à sa mort. Sans quitter la Chartreuse et en y vivant en solitaire, Guigues acquit une grande renommée d'intelligence, de savoir et de piété.
 

Dans sa lettre adressée au frère Gervais concernant la vie contemplative, Guigues le Chartreux, présente le chemin spirituel vers la vie bienheureuse, la vie en Dieu, comme une échelle à gravir.

L’échelle spirituelle comporte quatre échelons ou degrés : la lecture, la méditation, la prière et la contemplation.

 

Le but recherché à travers ces degrés de la vie spirituelle, c’est la douceur de la vie bienheureuse, de la vie avec Dieu, de la vie en Dieu. Cette vie bienheureuse, la lecture la cherche, la méditation la trouve, la prière la demande et la contemplation la goûte.

 

La lecture, pour Guigues, prend garde à bien lire ce qui est écrit et non ce que l’on veut lire dans la parole de Dieu. Ainsi, l’exemple qu’il donne est celui du discours des béatitudes où une lecture attentive permet de lire « heureux les cœurs purs » et non « les corps purs » !  

 

La méditation attentive entre plus avant dans le texte et veut pénétrer au plus profond de la parole qu’elle découvre. La méditation a à cœur de parvenir à la contemplation du visage du Christ. La méditation est un approfondissement de la parole à la lumière de la sagesse de Dieu, c'est-à-dire à la lumière de l’Esprit Saint qui révèle toute chose.

 

Devant son incompétence à découvrir d’elle-même et à pénétrer la vie bienheureuse, l’âme se fait humble et se réfugie dans la prière. Elle cherche par la lecture et la méditation ce qu’est la vraie pureté du cœur et comment elle peut être obtenue. La prière est l’attitude même de cette âme qui brûle d’amour pour le Seigneur et qui, par son intelligence seule ne peut l’atteindre.

 

L’âme s’embrase de désir, elle appelle son époux (le Christ) mais il n’attend pas même que les demandes soient formulées, il se présente à l’âme. Ainsi la contemplation récréé, nourrit, fertilise et vivifie l’âme qu’elle touche. La chair est ainsi dominée et absorbée par l’âme et l’homme devient alors tout spirituel. Il est dans ce face à face avec celui que nul n’a vu hormis le Fils qui est tourné vers le Père.

 

Si Dieu à travers sa grâce se cache un temps, il ne faut pas se croire méprisé et être désespéré car cette absence contribue au bien de l’âme. Il vient pour toi, il se retire également pour toi. Il évite la confusion entre la grâce et la nature. La grâce est donnée par l’époux quand Il veut et à qui Il veut. Trop de familiarité engendre le désintérêt. Cette absence de la grâce invite à trois attitudes. La première consiste à toujours rechercher la cité future, la Jérusalem céleste, le Royaume ; la deuxième à courir derrière et à la suite de l’époux, la troisième à élever nos cœurs vers le lieu où se trouve le bien aimé c'est-à-dire à la droite du Père.

 

 « La lecture apporte une nourriture solide à la bouche.

La méditation mastique la parole  

La prière acquiert la saveur

La contemplation est la douceur même qui réjouit et restaure,

Elle est le délice de la douceur obtenue »

 

« Une lecture sans méditation est aride,

Une méditation sans lecture est sujette à l’erreur

Une prière sans méditation est tiède

Un don de contemplation sans prière est soit rare, soit miraculeux »

 

Voici une invitation à lire la parole de Dieu différemment et à toujours viser cette rencontre avec le Christ. Si le Christ semble parfois nous abandonner c’est peut être qu’il veut susciter en nous un désir plus grand de lui. Ainsi, notre âme doit toujours être tournée vers Celui qu’elle aime et qui lui donne la force d’aimer. Ce n’est que dans cette rencontre du Christ ressuscité que nous pourrons aimer comme lui aime, c'est-à-dire en donnant notre vie pour ceux que l’on aime.

L.D

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article

commentaires