Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 17:23

Je souhaite vous faire partager mes réflexions à chaud, au retour de mon 4ème pèlerinage à Lourdes, au sein de l’Hospitalité Diocésaine.

 

Etre Hospitalier, et donc s’occuper des pèlerins malades à Lourdes est, je pense, une expérience qu’il faut vivre, au-delà de ce que tout ce que l’on peut en dire.

 

Au moins pour constater avec étonnement l’effondrement tranquille de nos préjugés éventuels sur Lourdes et son « business », sur la « tristesse et la morosité permanente des malades », sur le service des pauvres «  archaïque », d’un autre temps, sur la « dévotion à la Vierge Marie » et autres avis que nous pouvons détenir a priori.

Cela constitue déjà un beau programme, non ?

 

- Pour moi, aller à Lourdes la première fois, c’est partir avec ses idées, ses jugements, penser que l’on va donner un peu de son temps, un peu de son attention.

- Puis, c’est recevoir énormément de la part des malades, des autres hospitaliers, des pèlerins, de Lourdes . . . de Marie.

- Finalement c’est tout donner de soi pour les autres, pendant une semaine, dans une joie totale qui m’a paru soudain évidente à trouver.

Vous savez quoi ? Se laisser dépasser par cette relation d’échanges et d’amour, cela fait un bien fou, aussi bien au malade qu’à l’hospitalier que l’on est.

En effet, on sent bien que l’on touche ainsi tout simplement, et très concrètement, à la racine du Message de l’Evangile. Et cela dans le cadre d’un don réciproque que l’on ne cherche plus à quantifier, mais que l’on savoure pleinement, un peu comme dans ce qui nous est dit dans les Béatitudes.

Cela n’est pas rien, et vaut bien un voyage, non ?

 

Le premier pèlerinage fut clairement pour moi celui de l’émerveillement total face à la découverte de cette relation d’amour avec les malades, tout à la fois simple et profonde.

Les suivants furent ceux d’une maturation progressive, bien évidemment non achevée à ce jour, un peu comme dans une relation d’amour qui se construit, et qui n’est jamais aboutie, avec toujours un désir de découverte renouvelé.

Mon seul regret à ce jour, quand je vois à Lourdes tous ces jeunes hospitaliers : ne pas y être allé, comme eux, trente ans plus tôt . . . .

Le temps passe vite, et je profite de chaque instant de ces pèlerinages avec une gourmandise non feinte : Lourdes, ce sont des nuits très courtes, entre les levers très matinaux pour s’occuper des malades et les soirées de fête dans les rues et de prière à la Grotte jusque tard dans la nuit, au milieu de milliers de bougies, déposées par les pèlerins en intentions de prière.

Pour moi, c’est Le lieu ou Foi rime avec Joie : joie des malades qui sentent bien l’amour qu’on leur porte, joie qu’ils nous donnent en retour, et joie de retrouver les autres hospitaliers avec qui nous sommes soudés par tant de moments très forts vécus ensemble, grâce aux malades.

C’est simple, à chaque fois j’en reviens avec une «  pêche », une « patate » formidables.

 

Un merci infini à ceux qui m’ont fait découvrir Lourdes et l’Hospi.

 

Et, encore une fois, quoique je puisse écrire ici, rien ne vaut un essai en vraie grandeur.

Philippe R.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE DIOCESAINE
commenter cet article

commentaires

Ludovic Catalanotti 15/07/2009 09:02

Merci Philippe pour ce témoignage très enrichissant et pour l'animation des chants car c'est vrai un rôle difficile ! Dieu te bénisse.