Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 11:01

enfant_jesus.jpgChers amis, il y a nombre de tradition autour de la crèche, mais il y en a une qui est très stimulante pour les enfants et souvent même pour les parents…

Il sagit c’est d’avoir chacun un mouton ou un chameau, mais le mouton a tout de même un air plus provençal..., qu’au fil des jours on avance pour qu’il arrive devant la crèche au jour de Noël. Certains enfants aiment faire des détours, d’autres préfèrent arriver des le début de l’Avent auprès de la mangeoire et réserver une place au première loge. Donc ce soir, j’espère que, quelque soit votre stratégie, tous vos moutons sont à l’entrée de la crèche !

Mais que font-il maintenant qu’ils sont bien placés? ils paissent paisiblement? ils dorment? ils discutent en bêlant entre eux?

Non, ils contemplent l’enfant Jésus ; ils admirent ce petit enfant couché dans la paille et réchauffé par l’haleine chaleureuse du boeuf et de l’âne ; ils sont émerveillés par toute la grâce qui se dégage de cet enfant.


Mais nous, allons nous rester à contempler la crèche ? allons-nous rester comme les moutons de la crèche à simplement regarder? Allons-nous demeurer devant cette crèche comme si nous étions autour du couffin d’un enfant qui vient de naitre et que tout le monde admire en disant : oh quil est mignon, boudiou boudiou, il a le regard de son Père, oh il m’a souri... Bref, tout le monde connaît cette situation


Mais si vous vous souvenez comment cela se passe autour d’un berceau, vous vous rappelez certainement que tout le monde n’a qu’une seule envie : prendre l’enfant dans ses bras ; le serrer contre soi ; lui faire de petits baisers sur son petit front tout chaud et chercher son regard dans ces yeux qui brillent... N’est ce pas?


Regardez bien l’enfant que nous avons déposé tout à l’heure : il ouvre grand ses bras, et regardez aussi Jésus 30 ans après sur cette croix : il ouvre encore grand ses bras. Toute sa vie, Jésus a étendu les bras pour que nous le prenions et le serrions dans les nôtres. 
Voici pourquoi il est venu, pour que nous venions à lui.


Ayez à l’esprit l’image du Père de famille qui revient après une longue absence et qui s’accroupit en ouvrant les bras pour saisir ces enfants qui viennent en courant vers lui. Cest ce qui se passe dans cette nuit de Noël, après une longue attente, le voici qui tend ses bras pour que nous venions à Lui.

Aujourd’hui, cet enfant nous le demande :

Prends-moi dans tes bras, serre moi contre toi,

entends mon coeur qui bat pour toi,

entends mon coeur qui t’aime.

Alors ne restons pas comme les moutons au dessus ce cette mangeoire où il est couché : prenons-le, étreignons cet enfant qui a soif de notre amour et soyons dans la joie d’une si belle rencontre.

Tous les pédiatres vous diront qu’un nouveau né qui ne sent pas le contact d’une personne, la chaleur humaine, le battement du cœur dépérit. Et bien paradoxalement, aujourd'hui, si nous ne prenons pas Jésus avec nous, ce n’est pas lui qui va dépérir, mais c’est nous. Nous avons besoin de sentir son coeur qui bat pour nous.

 

Lorsque vous allez en boite de nuit, la musique est très rythmée et puissante au point qu'à la fin de la soirée, votre coeur finit par battre au rythme de la musique. Voici ce que nous devons vivre avec Jésus : que notre coeur batte au rythme du sien. 

Parce que la vie, la joie, la paix, la tendresse, la justice, la grâce, l’amour, tout ce que l’on peut souhaiter de beau et de bon, vient de cet enfant, du battement de son coeur.


Alors n’ayez pas peur de prendre chez vous cet enfant qui vous tend les bras ; n’ayez pas peur de laisser votre coeur battre à son rythme, n’ayez pas peur de vivre tous les jours avec lui.

Comme le rappelait notre Pape émérite Benoit XVI à tout ceux qui ont peur de vivre au rythme du Christ : Il n’enlève rien, Il donne tout! Amen.

 

Abbé Luc Denoyer

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans HOMELIES
commenter cet article

commentaires