Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 14:05

-glises1.jpg

L'été est un moment propice pour entrer dans les églises et les chapelles, ne serait-ce que pour y trouver un peu de fraîcheur estivale et... spirituelle! Avec l'article de Martine de Sauto, découvrez la symbolique particulière des ces lieux. En partenariat avec le journal la Croix.

Quel est le sens du mot église pour les chrétiens?

Le mot « église » ne désigne pas d'abord un édifice. L'Église est là« où deux ou trois sont réunis en mon nom »(Mt 18-20). L'Église est donc l'assemblée de ceux que Dieu a appelés et qui suivent le Christ. Saint Paul parle de l'église comme d'un édifice. Elle est la « maison de Dieu » (1Tim 3,15).

Mais les pierres vivantes ne sont autres que les baptisés et la pierre angulaire est le Christ. Les chrétiens qui avaient besoin de lieu pour se rassembler et célébrer l'Eucharistie se retrouvèrent sans doute d'abord dans des maisons particulières.

Mais à partir du IVe siècle, quand le christianisme devient une religion autorisée puis recommandée, ils construisirent des églises – le mot étant alors écrit avec « e » minuscule - édifices consacrés qui sont aussi des haltes offertes à tous pour la rencontre et le dialogue avec Dieu.

À quoi voit-on que les églises sont des constructions nées de la foi chrétienne?

L'architecture des églises s'est diversifiée au long de l'histoire, selon le génie des constructeurs, l'évolution de la sensibilité religieuse et de la liturgie. Cependant, une église est généralement « orientée » vers l'est, le Soleil levant, symbole du Christ ressuscité. Son plan, pour ce qui concerne les églises occidentales, évoque la croix latine, faisant penser au Christ en croix.

Comment vivre la visite d'une église comme un itinéraire spirituel ?

Chaque étape, chaque lieu, a une dimension symbolique. À commencer par les portes de l'église qui constituent l'invitation visible que Dieu adresse à tout humain à s'installer en sa présence. Entrer dans l'église, c'est donc aussi laisser le Seigneur entrer en soi. « De même que tu entres dans cette église, Dieu veut entrer dans ton âme », dit saint Césaire, évêque d'Arles au VIe siècle. L'entrée dans l'église renvoie aussi à l'entrée dans la vie chrétienne. Au fond de l'église, le bénitier invite d'ailleurs le chrétien à prendre le temps de tracer un signe de croix, et ainsi de se souvenir de sa condition de baptisé.

Le narthex, ensuite, constitue un espace de transition entre l'intérieur et l'extérieur. Les catéchumènes s'y rassemblaient. Baptisés le soir de Pâques, ils s'avançaient alors dans l'église.

La nef (du latin navisqui signifie vaisseau), lieu de rassemblement des fidèles, invite symboliquement à marcher vers l'Orient, le Soleil levant, à passer des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, à accomplir un déplacement intérieur. Sur ce parcours, les vitraux, qui représentent le plus souvent des scènes de la Bible, de la vie de Jésus, de la Vierge Marie ou des saints, notamment du saint patron de l'église, sont des fenêtres de lumière, mouvante selon l'heure et les couleurs du temps. « Les fenêtres vitrées sont les écritures divines, qui versent la clarté du vrai Soleil (dieu), dans l'Église, c'est-à-dire dans le cœur des fidèles, tout en les illuminant »,écrit au XIIIe siècle le liturgiste Guillaume Durand de Mende. Sur les piliers ou les murs de la nef se trouvent deux sortes de croix: douze croix peintes rappellent les douze onctions effectuées lors de la consécration de l'église par l'évêque. D'autres croix, accompagnées de représentations, constituent les quatorze stations du chemin de croix suivi par Jésus, de sa condamnation à sa mise au tombeau. Parfois, une chaire du haut de laquelle le prêtre expliquait la Parole de Dieu est également adossée à un mur ou un pilier de la nef. Le long de la nef se trouvent parfois un ou plusieurs confessionnaux.

Avant le chœur, la croisée du transept, point de croisement entre la nef principale et le transept, est le lieu précis où sont célébrés les temps forts de l'existence de tout baptisé: baptême, communion, mariage.

Tout l'édifice semble ordonné autour de l'autel. Pourquoi?

Dans une église, le chœur, réservé au déploiement de l'action liturgique, apparaît comme la proue d'un navire dont la nef serait la coque où embarquent ensemble ceux qui souhaitent atteindre la terre Promise en prenant le chemin de l'Évangile.

Trois éléments essentiels y sont réunis. L'autel (du latin altare dé rivé de altus, élevé) un peu surélevé, est destiné à la célébration de l'Eucharistie, que Benoît XVI qualifiait de « trésor le plus précieux de l'Église ». L'autel est la table du repas partagé où, comme il l'a annoncé et signifié lors de son denier repas avec ses disciples à la veille de la passion, le Christ s'offre en sacrifice et se donne en communion. C'est le lieu où se dévoilent le plus visiblement l'amour radical de Dieu et sa présence.

Le second élément est l'ambon (du grec ambôn, « bosse » ou « petit sommet ») d'où sont proclamées les lectures de l'Écriture sainte, et notamment l'Évangile. L'ambon rappelle aussi que le cheminement vers Dieu ne peut se faire qu'à la lueur de la Parole qui brûle comme une lampe dans la nuit. Le siège enfin, sur lequel s'assoit le ministre ordonné qui préside la célébration liturgique, évoque, vide, la présence invisible du Christ.

Quels autres éléments symboliques trouve-t-on dans les églises?

Leur emplacement peut varier. C'est le cas de la croix, qui ne devint que tardivement le signe distinctif des chrétiens, et qui rappelle que Jésus a donné sa vie par amour pour nous. Vide, elle signifie que le crucifié est vivant ressuscité. Les fonts baptismaux (du latin fons, « source ») contiennent ou reçoivent quant à eux l'eau, symbole de vie, utilisée pour le baptême. À côté, le cierge pascal allumé lors de la Vigile pascale et qui symbolise le Christ vivant pour toujours, Alpha et Oméga, est rallumé lors de chaque baptême. Le tabernacle (de tabernaculum qui désigne la tente sous laquelle les Hébreux au désert abritaient l'Arche d'alliance) dans lequel sont conservées les hosties consacrées, se trouve sur l'autel d'avant Vatican II, situé au fond du chœur, ou plus souvent sur l'autel d'une chapelle latérale. Une petite lampe, souvent de couleur rouge, signale la présence du Saint Sacrement ce qui signifie, pour les chrétiens, que Dieu est réellement présent parmi les hommes. 

Martine de Sauto - Article publié dans le supplément Religion et Spiritualité du samedi 6-dimanche 7 juillet 2013.

www.croire.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans COMPRENDRE
commenter cet article

commentaires

Yves 13/08/2013 20:25

Merci pour ce trés bon rappel de ce qui ne doit pas être oublié, excellent article.