Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 19:21

2012-12-29-17.44.49.jpg Selon l'évangile selon saint Luc, Jésus est né dans une étable. L'endroit où il est déposé à sa naissance est désigné par le mot de mangeoire, qui se dit cripia en latin, d'où est issu le mot « crèche ». Par extension, la crèche s'apparente à l'étable tout entière.

Les deux plus anciennes représentations de la Nativité qui soient connues datent du 4e. La première consiste en une peinture murale ornant la chambre mortuaire d'une famille chrétienne ayant vécu aux environs de 380 découverte dans les Catacombes de Saint-Sébastien, à Rome. L'autre mention fait référence à une scène peinte sur un sarcophage de la basilique de Saint Maximin représentant l'adoration de l'Enfant Jésus par les rois mages.

Depuis le 4e, la fête de Noël est célébrée : En l'église Sainte Marie de l'Incarnation de Jésus, aujourd'hui Sainte Marie Majeure à Rome, on sait qu'une célébration de Noël est commémorée pendant la nuit du 25 décembre depuis le 4e siècle. En effet, la date du 25 décembre a été fixée comme date de la naissance du divin enfant au  4e siècle. Les débats qui ont amené cette décision ont permis de développer une pratique religieuse autour de cet événement.

À partir du 6e siècle, les écrits anciens rapportent que la célébration de la nuit de Noël se déroulait ad praesepe dans cette église de Sainte Marie à Rome ; ce qui signifie littéralement autour de la crèche (En effet les reliques principales de cette basilique sont des planches de la crèche et les langes de l'enfant Jésus). C'est donc à cette époque que l'on peut ramener l'existence d'une première crèche telle que nous les connaissons aujourd'hui avec la Vierge Marie, Joseph, l'âne et le bœuf, faite de statues.

Ce n'est probablement qu'à partir du 12e siècle que l'on célèbre la fête de l'Epiphanie avec l'adoration de l'enfant Jésus par les trois Mages, Gaspar, Melchior et Balthazar. Les initiales de leurs noms sont celles de la formule chrétienne de bénédiction des habitations : Christus Mansionem Benedicat, que le Christ bénisse la maison. C'est dans ce deuxième courant de dévotion que se situe saint François d'Assise.

C'est François d’Assise qui a créé en 1223 une des premières crèches vivantes en utilisant des personnages réels, à Greccio, en Italie, dans une grotte de la région où les frères mineurs avaient établi un ermitage, avec la coopération du Seigneur du village. Les personnages (Joseph, la Vierge Marie, les mages, les bergers, les paysans) étaient joués par les gens du village. Les animaux aussi étaient réels. Thomas de Celano, premier biographe de François, rapporte que François prêcha, durant la messe de Noel, et que l'un des assistants le vit se pencher vers la crèche et prendre un enfant dans ses bras1. A Greccio se trouve encore un ermitage franciscain qui commémore cette première crèche vivante. Plus tard, on plaça parfois un véritable enfant dans la mangeoire. Petit à petit, la coutume s'est répandue, sous l'influence des prédicateurs franciscains, surtout en Provence et en Italie.

Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons font leur apparition dans les églises au 16e siècle. Ce sont les Jésuites qui les ont introduites pour la première fois en modèle réduit.

En France, la première crèche connue fut celle créée à Marseille, en 1775, par un dénommé Laurent. Elle était constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Pour y ajouter un brin d'exotisme, le créateur y avait placé des girafes, des rennes et des hippopotames. Jean-Paul Clébert raconte : « À l'époque du Concordat, Laurent montrait même un carrosse qui s'avançait vers l'étable ; le pape en descendait, suivi des cardinaux. Devant eux s'agenouillait toute la Sainte-Famille et le pape lui donnait sa bénédiction. Pendant l'adoration des bergers, un rideau se levait, dévoilant la mer sur laquelle voguait un bâtiment de guerre. Une salve d'artillerie saluait l'enfant Jésus qui, réveillé en sursaut, ouvrait les yeux, tressaillait et agitait les bras ».

Après la période de la Révolution pendant laquelle cette pratique religieuse était interdite, les Provençaux ont répandu l'usage de la crèche à partir de 1803, c'est-à-dire juste après le  Concordat de 1802. Ils avaient en effet inventé les santons actuels qui peuplent les crèches, souvent installées non seulement dans les églises mais dans les maisons particulières. En certaines communes, la crèche vivante est représentée la nuit de Noël, comme aux Baux de Provence.

www.wikipedia.org

2012-12-29-17.43.36.jpg 2012-12-30-09.29.21.jpg

2013-01-02-08.52.19.jpg 2013-01-02-14.47.58.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans COMPRENDRE
commenter cet article

commentaires