Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 23:28

lavement-des-pieds.jpgLorsque l’on se prépare à vivre Pâques, on pense bien sûr qu’il faut préparer son cœur et son âme, on sort de beaux vêtements pour célébrer le jour de la résurrection, on prépare avec attention le gigot d’agneau et les autres mets savoureux, mais pense t’on à ses pieds… ? 

Si le Seigneur lave les pieds de ses disciples avant de célébrer avec eux la Pâque, c’est qu’ils ont toute leur importance. Il serait bien triste de croire que le geste de Jésus et l’ordre qu’il donne, sont justes une invitation à s’occuper des pauvres, à s’abaisser pour servir son prochain. Il faut bien sûr le voir dans ce sens là, mais pas seulement.

Pourquoi les pieds ? 

Si l’on s’en réfère à la définition du Larousse, le pied est la « partie terminale du membre inférieur, articulée avec la jambe, permettant l'appui au sol dans la station debout et la marche.” Les pieds, nous permettent de nous tenir debout, et l’homme debout, c’est l’homme vivant, et l’homme vivant c’est la gloire de Dieu, dit saint Irenée. Les pieds, nous permettent aussi d’avancer, et l’homme qui n’avance plus, que ce soit physiquement ou intérieurement est comme mort. 

Vie et mouvement, voilà de quoi les pieds sont le signe. 

Jésus lave les pieds de ses disciples non parce qu’ils sont sales même si cela devait être le cas en se baladant en sandales… Non, il les lave parce que les pieds participent de notre vie avec Dieu, parce que lorsque nous perdons pieds, nous succombons, comme dit le psaume (cf. Ps 26, 2). Nos pieds sont là pour élever nos regards. Ma petite expérience de vie en fauteuil roulant m’a fait découvrir la souffrance qu’il y a, d’une part à ne pas pouvoir se tenir sur ses pieds, mais surtout, de n’avoir aucun horizon, ne pouvoir porter son regard au loin. Couchés ou assis, nous n’avons pas d’horizons, debout nous voyons plus loin, nous pouvons guetter la lumière du soleil levant, nous pouvons guetter le retour du Christ dans sa gloire. 

Les pieds constituent la base sur laquelle on s’appuie pour s’élever. C’est ce que dit encore une fois le psaume :« Siège à ma droite et je ferai des tes ennemis le marche pieds de ton trône. » (cf. Ps 109)

Curieusement, le pied est l’unité que l’on utilise encore en aéronautique pour mesurer l’altitude. Par les pieds, nous sommes en contact avec la terre et notre tête, elle, se rapproche du ciel, de notre patrie éternelle, de Dieu.

Aujourd’hui, Pierre refuse que le Christ lui lave les pieds. C’est le même Pierre qui refusera l’honneur, au jour de son martyre, d’être crucifié comme son Sauveur et demandera à être crucifié la tête en bas et donc les pieds en haut. Pierre comprendra à mesure qu’il entrera dans la passion, combien le Christ avait raison en lui disant qu’il ne pouvait comprendre maintenant ce qu’il faisait. Jésus n’a pas lavé les pieds de ses disciples comme il aurait pu leur laver les mains. Le Christ a voulu mettre à l’honneur les pieds de ses disciples : Pieds par lesquels Pierre tenta en vain de marcher sur les eaux pour aller à la rencontre du Christ ; Pieds par lesquels les disciples se dispersèrent après la passion ; Pieds avec lesquels ils se rassemblèrent à l’annonce de la résurrection et enfin pieds par lesquels ils parcoururent le monde pour annoncer la merveille de notre salut.

Aujourd’hui, le Christ nous enjoint de laver les pieds de nos semblables, pour nous apprendre à nous faire serviteur des autres, pour imiter le Seigneur qui se fait serviteur, mais surtout pour inviter nos frères à se mettre debout et à avancer.

 C’est ce que disait le pape François lors de sa toute première homélie :

« notre vie est une marche et quand nous nous arrêtons, cela ne va plus. Marcher toujours, en présence du Seigneur, à la lumière du Seigneur, cherchant à vivre avec cette irréprochabilité que Dieu demandait à Abraham, dans sa promesse. »

Les pieds nous permettent d’avancer. Avancer mais pour aller où ? Des pieds pour fuir lorsque nous sommes insultés à cause du Seigneur ? Des pieds pour fuir lorsque l’on nous reconnaît comme des disciples du Seigneur ? Des pieds pour fuir lorsque notre foi est dure à assumer ?

Non, des pieds pour partager notre joie, comme Marie qui court annoncer à sa cousine qu’elle va enfanter le Fils de Dieu ; des pieds  pour nous remettre en route après que le Seigneur nous accorde son pardon comme pour la femme adultère : « va et ne pèche plus ! » ; des pieds pour marcher, comme ses femmes qui reviennent du tombeau en hâte le jour de Pâques pour annoncer que le Christ est vivant ! Nos pieds sont là pour nous faire avancer, pour marcher avec le Seigneur et vers le Seigneur. 

Dans chaque messe, vous expérimentez cela lorsque vous vous approchez de l’autel pour recevoir le corps de notre Seigneur. Ce n’est pas parce que le prêtre est fainéant qu’il reste devant l’autel, mais parce que le Christ à fait le premier pas, il a pris notre humanité, il est descendu du ciel pour prendre notre condition. Maintenant, c’est à vous d’aller vers lui, pour avancer avec lui. 

Rappelons nous toujours qu’en ce jour Jésus met nos pieds à l’honneur,

Parce qu’ils élèvent nos regards vers Dieu et qu’il nous y conduisent. Amen.

AB Luc

+

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans HOMELIES
commenter cet article

commentaires