Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:36

A l'heure où nos regards sont tournés vers les pays arabes et le Japon, certains semblent remettre en cause la bonté initiale de la création. Il n'est pas exclu que certains catholiques partagent d'ailleurs cette interrogation. Comment un Dieu bon peut il permettre de telles catastrophes? C'est dans cette optique qu'un journaliste de France Info, avec un humour particulièrement indécent et déplacé, se propose d'écrire une lettre à Dieu pour remettre en question son oeuvre. Mgr Batut, fraîchement ordonné évêque auxiliaire de Lyon, a réagit à cette initiative peu emprunte de bienveillance.

Vous pouvez retrouvez le texte de cette chronique que je ne publie pas ici. Seule la lecture de la réponse est bénéfique pour notre méditation personnelle! (cf. http://www.france-info.com/chroniques-il-etait-une-mauvaise-foi-2011-03-14-lettre-a-dieu-521675-81-305.html 

 

 

Serait-il interdit aux humains de s’en prendre à Dieu lui-même ? Il ne semble pas : dans les psaumes, on ne cesse de lui demander des comptes au sujet du mal qui ravage le monde sans rime ni raison, allant jusqu’à accabler le juste alors que les méchants prospèrent (« pourquoi, Seigneur, es-tu si loin ? pourquoi te cacher aux jours d’angoisse ? »). Ce qui, notons-le en passant, fait de la Bible tout autre chose qu’un « récit autobiographique plein d’autosatisfaction narcissique », tant l’homme ne cesse d’y interpeller Dieu sur les mystères de l’existence, et en particulier sur celui du mal, jusqu’au cri de Jésus en croix : « mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ».

Mais revenons à notre courriel. Il est étrange d’y voir énumérer pêle-mêle les « catastrophes, crises et guerres », indistinctement qualifiées de malfaçons et de vices de construction dans la « société univers ». Il n’est guère difficile, en effet, de comprendre que les maux qui relèvent de la responsabilité des hommes sont d’un tout autre genre que les catastrophes naturelles, et que l’imprudence consistant à construire des centrales nucléaires sur des sites exposés à des secousses sismiques, par exemple, peut difficilement être imputée à Dieu… sauf à nier la liberté humaine et la redoutable capacité qui est la nôtre de prendre des décisions erronées ou pécheresses d’où s’ensuivent des conséquences également négatives pour nous-mêmes et pour les autres. Voilà un premier point qui étonne dans l’assignation à comparaître de cette caricature de Dieu qu’on modélise à sa mesure pour se livrer ensuite à un jeu de massacre où l’on peut triompher sans péril et sans gloire : tout s’y passe comme si la responsabilité humaine ne jouait plus le moindre rôle, l’ensemble de ce qui arrive à l’homme étant imputable sans distinction à Celui qui s’est rendu coupable de l’avoir créé.

Là encore, cependant, on peut citer des exemples bibliques : « pourquoi ce don de la vie à l’homme dont la route se dérobe ? » ; « pourquoi m’as-tu tiré du sein de ma mère ? » se plaignait Job au fond de la détresse (Job 3, 23 ; 10, 18). Mais la différence, c’est que Job croyait en Dieu ! Quel sens peut avoir pour un homme qui n’y croit plus de se tourner vers ce fantôme pour le prendre soudain à partie ? La réponse est claire : lorsqu’il touche la limite de sa propre prétention à la toute-puissance, ce n’est pas à Dieu que cet homme-là s’adresse, mais bien à son propre moi. Abusé par son universelle volonté de maîtrise scientifique et technique, le voilà obligé d’ouvrir les yeux sur l’évidence d’une multitude de phénomènes qu’il ne maîtrisera jamais : le seul ersatz de foi qui lui restait jusque là, à savoir sa confiance dans ses propres capacités, se trouve dissipé comme un songe par le moindre soubresaut tellurique. On comprend que cette expérience lui soit insupportable et que, sous couvert de parler à un autre, il ait besoin de débattre avec lui-même du bien fondé d’un projet d’auto-divinisation dont les événements le contraignent à mesurer soudain la vanité. C’est ainsi qu’à la prière du croyant – pour prier, mieux vaut croire en Dieu – et au réquisitoire du procureur – pour accuser, il faut avoir un prévenu devant soi – se substitue le monologue pathétique de monsieur Homme qui parle à monsieur Homme et l’interroge sur l’autosatisfaction narcissique qui marquait son projet prométhéen de maîtrise de l’univers.

Comment sortir de la tragique interpellation d’un homme qui n’est plus rien à un dieu qui n’est plus ? Ne serait-ce pas tout simplement en écoutant ce que dit vraiment le Dieu de la Bible devant la souffrance des hommes ? Souvenons-nous de l’épisode du Buisson ardent (Exode 3), lorsque ce Dieu parle à Moïse découragé qui a vainement essayé de libérer par ses propres forces son peuple opprimé : « j’ai vu, oui j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte... j’ai entendu ses cris… je connais ses angoisses… et je suis descendu pour le délivrer. »

Si la Bonne Nouvelle de la Bible nous parlait d’un Dieu « gentil Organisateur » ou concepteur d’une Cité radieuse, elle ne mériterait pas qu’on s’y intéresse. Mais le contenu de cette Bonne Nouvelle est bien différent. Pour le Dieu qui s’y révèle, cet homme qui n’est rien, simple souffle qui passe, a un prix infini. Pour lui, Dieu n’hésite pas à entrer dans l’histoire humaine afin d’en porter les drames et d’en faire éclater les limites, même celles posées par la folie des hommes, même celles imposées par l’apparente fatalité de la souffrance et de la mort. 
Alors, si nous imitons Moïse et prêtons l’oreille aux paroles que le vrai Dieu nous adresse, nous découvrons avec lui que ce Dieu était présent en nos vies bien avant que nous ne le sachions ; qu’il était là dans les moments de joie, mais aussi aux heures d’épouvante, et peut-être surtout, justement, dans ces heures pascales ; et qu’à chaque fois, directement dans ses œuvres de salut ou indirectement dans les prodiges réalisés par l’amour fraternel, il faisait reculer les ténèbres et grandir la lumière de la résurrection.

source : http://lyon.catholique.fr/?Lettre-de-l-homme-a-Dieu-ou-de-l

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans COMPRENDRE
commenter cet article

commentaires

Claude Roman 27/03/2011 18:21


Bien répondu!


sylvie MARI 26/03/2011 06:14


au sujet de la bêtise humaine :
"Se tromper est humain, persister dans son erreur est diabolique." Saint Augustin, Père de l'Église latine et théologien ...
au sujet de l'espérance et de la foi :
"Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose... Si tu veux construire un
bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer." Antoine de Saint-Exupéry

"N'attendez pas le jugement dernier - il a lieu tous les jours." Albert Camus