Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
Mardi 15h30 - 18h30 
Jeudi et Vendredi 08h30 - 11h30

 

 

 

Site internet :

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook :

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 07:39

Troisième Dimanche de Carême

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

 

Jésus arrivait à une ville de Samarie,

appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph,

et où se trouve le puits de Jacob.

Jésus, fatigué par la route, s'était assis là, au bord du puits.

Il était environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l'eau. 
Jésus lui dit :

« Donne-moi à boire. »

(En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.)

La Samaritaine lui dit :

« Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? »

(En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.)
Jésus lui répondit :

« Si tu savais le don de Dieu,

si tu connaissais celui qui te dit : 'Donne-moi à boire',

c'est toi qui lui aurais demandé, et il t'aurait donné de l'eau vive. »
Elle lui dit :

 « Seigneur, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond ;

avec quoi prendrais-tu l'eau vive ?

Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits,

et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit :

« Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ;

mais celui qui boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif ;

et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle.
La femme lui dit :

« Seigneur, donne-la-moi, cette eau :

que je n'aie plus soif, et que je n'aie plus à venir ici pour puiser. »

La femme lui dit :

« Seigneur, je le vois, tu es un prophète.

Je sais qu'il vient, le Messie, celui qu'on appelle Christ.

Quand il viendra, c'est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit :

« Moi qui te parle, je le suis. »

La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :

« Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait.

Ne serait-il pas le Messie ? »
Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus.


Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus,

à cause des paroles de la femme qui avait rendu ce témoignage :

« Il m'a dit tout ce que j'ai fait. »
Lorsqu'ils arrivèrent auprès de lui, ils l'invitèrent à demeurer chez eux.

Il y resta deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de ses propres paroles,

et ils disaient à la femme :

« Ce n'est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ;

 nous l'avons entendu par nous-mêmes,

et nous savons que c'est vraiment lui le Sauveur du monde. »

 

 

 Il était environ midi, une femme vient puiser de l’eau

La rencontre de Jésus avec la samaritaine est vraiment providentielle. Qu’est ce qui pousse une femme à sortir à l’heure la plus chaude du jour pour puiser de l’eau ? …

 Donne-moi à boire

Jésus demande sans autre adresse à la samaritaine à boire. De plus, les juifs n’ont d’habitude aucun rapport avec les samaritains. La première réaction de la femme n’est pas liée à la demande en elle-même mais bien à celui qui la formule. C’est le fait qu’il est juif qui l‘arrête dans un premier temps.

 Eau vive

Jésus passe de la question de boire à celle de l’eau vive. C’est le premier glissement de ce texte et il y en a bien d’autres qui sont opérés par Jésus. La samaritaine ne saisit pas encore très bien ce que le Christ veut lui faire entendre. Il lui parle d’eau vive et elle constate qu’il n’a rien pour puiser de l’eau vive…dans un puits. Sa deuxième remarque change de plan. Elle se questionne sur l’identité de Jésus qui semble pouvoir faire mieux que le patriarche Jacob qui a creusé ce puits. Serait tu plus grand ? Dans une deuxième explication, Jésus change encore de niveau. Cette eau qu’il donne supprime la soif et donne la vie éternelle. Il est midi, la femme vient au puits puiser de l’eau pour ses besoins (ou pas, on verra cela plus tard !), elle rencontre Jésus qui lui demande à boire et maintenant il propose la vie éternelle. Elle a bien fait de sortir de chez elle, et en plus elle y gagne au change ! Tout comme dans le livre de Jérémie, le Christ veut recentrer sur la véritable source de Vie. « Car mon peuple a commis deux crimes: Ils m'ont abandonné, moi la source d'eau vive, pour se creuser des citernes, citernes lézardées qui ne tiennent pas l'eau. (Jr 2, 13). La samaritaine défend l’honneur de ses aïeuls qui ont construit ce puits et le Christ l’invite à découvrir la véritable soif qui l’habite et qui peut être l’a conduit jusque là au zénith, à savoir la Vie.

 Plus jamais soif

Jésus ne promet pas de rassasier de la soif de midi, si forte soit elle, mais il veut donner une eau qui en nous sera jaillissante pour la vie éternelle et cette source jaillissante, c’est l’Esprit. Cet Esprit dans lequel le peuple adorera en vérité.

 Quand il viendra

La femme est dans l’attente du Messie mais elle ne l’a pas encore reconnu en Jésus qui lui parle. Elle découvre et semble comprendre petit à petit qui il est. Il n’y a plus qu’un pas à faire pour que son attente se révèle être accomplie dans cette rencontre. Elle sait que le Messie, lorsqu’il viendra, enseignera toutes choses. Et c’est bien ce qu’il fait depuis qu’Il lui parle. La réponse de Jésus : Moi qui te parle, je le suis ! n’a d’autre effet pour la femme que d’aller partager la joie de cette rencontre. Elle est désormais convaincue qu’Il est Celui que son peuple attendait et l’annonce à ses voisins et les invite à partager cette rencontre.

La cruche !

Non, pas de jeu de mots !

Cette femme qui brave la chaleur de midi pour aller puiser de l’eau repart finalement les mains vides mais le cœur plein de joie d’avoir rencontré le Messie. Nos attentes, le Seigneur les comble bien souvent d’une autre manière que celle que nous attendions ou espérions !

 Conversion

Les hommes que la femme part chercher croient d’abord sur son témoignage mais ce qui fait leur véritable foi, c’est la rencontre personnelle avec le Christ. « Ce n'est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant ; nous l'avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c'est vraiment lui le Sauveur du monde. » L’accueil de la parole précède l’acte de foi et sa profession.

 En bref : Le Christ est l’eau de la Vie

Le Christ est la vraie Vie, l’eau qu’Il nous donne n’est pas pour le bien de notre corps mais pour le salut de notre âme.

Par lui, et grâce à cette eau qui est source jaillissante en nous de vie éternelle, nous accédons à la communion avec Dieu.

L’écoute de la parole de Dieu nous convertit. Le témoignage des hommes nous conduit au Christ, sa rencontre nous fait professer la foi en Jésus Christ, Fils bien aimé du Père, source de la Vie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans CARÊME
commenter cet article

commentaires

sylvie MARI 26/03/2011 20:36


merci Luc pour ta lumière !
si j'ai bien compris, tous ceux qui n'ont pas encore rencontré Abraham et qui ne sont pas nés de l'ESPRIT vivent dans la soif de l'eau vive?
merci me dire si c'est bien ça le message.