Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 21:06

Avec un peu de retard...revenons sur le mystère de l'Annonciation du Seigneur que nous venons de célébrer.

 

Je ne sais pas si vous appréciez que l’on rentre chez vous sans frapper. Mais si vous avez remarqué, c’est quand même un peu ce que fait l’ange Gabriel vis-à-vis de la Vierge Marie. L’ange Gabriel rentre chez Marie sans l’avertir, sans lui demander son avis ! Et ce n’est pas tout ! Croyez-vous qu’il lui demande au moins si elle serait d’accord pour enfanter Jésus ? Croyez-vous qu’il lui pose la question « Marie, voudrais-tu porter l’enfant attendu depuis longtemps par les gens de ton pays ? » Mais pas du tout ! L’ange Gabriel ne pose aucune question à Marie ! Il lui parle au contraire de façon affirmative et au futur : « tu vas concevoir et enfanter un fils ». Et il choisit même le prénom de l’enfant, comme si c’était lui le père (!) : « tu lui donneras le nom de Jésus ».

            Honnêtement, on ferait la même chose aujourd’hui, je crois bien que l’on se ferait traiter d’interventionniste ! Parce qu’aujourd’hui nous avons une conception assez spéciale, et à mon avis un peu erronée, de la liberté et du respect de l’autre. Nous nous imaginons qu’il ne faut absolument pas influencer le choix de l’autre, nous pensons qu’il faut absolument respecter la liberté de l’autre, quitte à ne même pas lui dire qu’il se trompe si nous pensons qu’il se trompe.

            Et peut-être même que nous pensons que Dieu agit de la même façon envers nous. Dieu nous respecterait tellement qu’il n’oserait surtout pas influencer nos choix. Mais je ne crois pas que la grâce de Dieu fonctionne comme ça. Du moins, c’est pas ce que nous montre l’évangile d’aujourd’hui. Dieu ne propose pas à Marie un libre choix entre deux alternatives, en se gardant bien de dire laquelle correspond à son dessein de Salut. L’ange n’a pas dit à Marie : « Marie, voudrais-tu porter cet enfant, ou préfères-tu ne pas le porter ? Surtout sens-toi libre, Dieu ne veut pas influencer ton choix ! »

            Je crois que la grâce de Dieu ne fonctionne pas comme ça avec nous. La grâce de Dieu au contraire nous meut de l’intérieur, elle nous pousse à faire ceci ou cela, elle nous attire vers Dieu, elle nous incline vers le bien, elle nous incite à faire ce que Dieu attend de nous. Elle ne nous laisse pas indifférents. C’est peut-être pour ça que les mystiques disent que « celui qui n’avance pas, recule ». Parce que soit nous adhérons au mouvement de la grâce et alors nous avançons, soit nous refusons d’y adhérer, et à ce moment-là c’est comme si nous reculions.

            Est-ce que pour autant Dieu ne respecte pas notre liberté ? Bien sûr que non ! Dieu au contraire suscite en nous la plus grande liberté. Parce que la plus grande liberté ce n’est pas de tout décider soi-même, mais c’est d’adhérer à la Volonté de Celui qui est plus grand que nous, adhérer à la Volonté de notre Créateur, de Celui qui veut nous faire participer à son propre projet. Et adhérer à la Volonté de Dieu, c’est ce qui exige en nous la plus grande liberté, parce que faire nôtre un projet qui n’était pas spontanément le nôtre, rentrer dans le projet d’un autre, ça exige que nous ne soyons pas prisonniers de nous-mêmes, prisonniers de nos propres pensées à nous, prisonniers de nos propres projets peut-être trop humains. Et cela est d’autant plus vrai que le projet auquel on adhère nous dépasse davantage. « Il est beaucoup plus facile de réaliser quelque chose dont on a eu soi-même l’initiative, quelque chose que l’on a soi-même conçu et décidé, que d’entrer dans un [projet] qui vient d’ailleurs, qui a été imaginé, voulu, et organisé par un autre ». Et c’est le cas pour l’œuvre de la grâce, qui est tout entière de Dieu et qui nous dépasse de toutes parts. Participer à cette œuvre divine, ça mobilise énormément plus d’énergie et de liberté que n’importe quel projet humain, parce qu’il faut justement dépasser les limites habituelles de notre agir. La grâce est la vie même de Dieu qui m’entraîne pour qu’elle devienne ma propre vie. Et accueillir ça, ça exige que je mette en œuvre toutes mes ressources, toute ma liberté, toute ma responsabilité.

            Alors oui, jamais un être humain n’a été aussi libre que Marie quand elle a dit son « fiat ». Jamais un être humain n’a été aussi libre que Marie quand elle a adhéré de tout son cœur, de toute son intelligence et de toutes ses forces, au projet de Dieu.

 

            Aujourd’hui, pendant le Credo, la liturgie prévoit que l’on se mette à genoux quand on dira « par l’Esprit Saint il a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme ». Je crois que pouvons donner tout son sens à ce geste en nous disant que croire en Dieu, c’est toujours nous en remettre à un plus grand que nous. En nous mettant à genoux, nous ne nions pas notre liberté, mais au contraire nous l’exaltons, parce que nous signifions par là que nous voulons adhérer librement au mystère et au projet de Dieu qui nous dépasse de toute part. Rien ne montre plus notre liberté que quand nous nous mettons à genoux devant Dieu, pour lui signifier que nous voulons faire nôtre sa propre vie qui nous dépasse complètement, mais qu’il nous offre pourtant en partage. Nous ne sommes jamais aussi grands qu’à genoux devant Dieu.

Amen.

 

Abbé G. Lamache

 

Pour ce paragraphe, Cf. J.-P. Revel, Traité des sacrements I,2, Cerf, pp. 328-329.

Citation de… Napoléon Bonaparte (!).

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article

commentaires