Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 08:41

confession-1.jpg Naguère, on l’appelait « examen de conscience ». Mais cet « exercice de piété » était souvent devenu un bilan moral axé sur la seule recherche du péché. En l’appelant « relecture de la vie » ou « prière d’alliance », la pratique ignacienne rappelle qu’il s’agit d’une authentique démarche spirituelle. L’intention est d’en décrire ici le mouvement, qui comporte trois temps.

 

Premier temps : l’action de grâce

Comment ? Il s’agit d’un dossier sur le péché et l’on nous invite à l’action de grâce ? Est-ce opportun ? C’est même nécessaire !

En effet, se reconnaître pécheur c’est confesser que l’on s’est dérobé à Dieu, au don qu’il nous fait de sa présence, de sa parole, de son action. Il est donc indispensable de confesser d’abord le don de Dieu. Avant de me demander ce que je n’ai pas fait pour Dieu, il convient que je me demande ce qu’il a fait, lui, pour moi (et pour d’autres). C’est la première des politesses envers quelqu’un qui est toujours le premier à nous aimer (voir Jean 4, 19).

Cela suppose que l’on admette, dans la foi, une réalité invisible : Dieu ne cesse d’être présent et agissant dans le monde, dans le cœur de tous les hommes. Le Père ne cesse de poursuivre son immense dessein : amener tous les hommes à vivre en communion avec lui et entre eux (voir Éphésiens 1, 10). Le Fils ne cesse d’être l’ouvrier de ce dessein (comme dans Jean 5, 17) en nous communiquant son Esprit (voir Corinthiens 12, 4-11).

Mais Dieu demeure un Dieu qui se cache (Isaïe 45, 15). Pour voir sa trace il ne faut pas rester à la surface des choses et des gens ; il faut descendre dans leur profondeur, là où se cache le réel, celui dont parlait Karl Rahner : « Le réel a un centre et ce centre est un cœur. »

Or, la relecture se situe normalement à la fin d’une journée. Il est donc indispensable qu’elle commence par une mise au calme.

Ma tête bourdonne des mille pensées qui l’ont occupée ; ma sensibilité frissonne encore de ce qui l’a émue. Je vais laisser s’apaiser ce mouvement, de la manière dont j’ai expérimenté l’efficacité : telle position de mon corps, écoute d’une musique, yeux clos…

Puis, je me rends présent à Dieu qui ne cesse d’être présent à moi.

Je me passe alors le film des événements qui ont tissé ma journée depuis mon lever jusqu’à maintenant : travaux, détentes, conversations, rencontres, lectures. Je peux aussi dérouler le film à l’envers, de maintenant à mon coucher. Je peux même, sans ordre établi, laisser remonter à ma mémoire les événements de la journée qui m’ont le plus « affecté », touché d’une manière positive ou négative. Et je m’interroge : comment, en toute cette vie, la sainte Trinité a-t-elle été présente et agissante ?

Elle a pu agir en moi, à l’insu des autres, en m’accordant une grâce repérable de lumière, de force, de paix, d’espérance, aussi bien au milieu de mes activités que pendant un temps de prière. Sa bonté a pu m’atteindre par la méditation d’autres personnes qui m’ont témoigné confiance, compréhension, amitié, indulgence et ainsi m’ont aidé à vivre. Le comportement évangélique d’un collègue de travail m’a impressionné. J’ai été critiqué pour ma conduite et ainsi amené à une salutaire remise en question de moi-même.

Je peux encore reconnaître l’action de Dieu en d’autres personnes très éloignées de moi dans l’espace (et même dans le temps) et dont les agissements me sont connus par les seuls médias. J’ai la conviction que chaque fois qu’un homme ou une femme agit en faveur de la vie et de la vie en communion il obéit, qu’il le sache ou non, à l’influence de l’Esprit Saint qui est Dieu - communion. C’est de cette merveille cachée que je rends grâce. Je m’habitue ainsi à « trouver Dieu en toutes choses », je renforce l’unité entre ma foi et ma vie la plus ordinaire, j’y puise force et dynamisme pour mon agir personnel …

 

Jean-Baptiste Testemale s.j.

http://www.liturgiecatholique.fr/Faire-examen-de-conscience-aujourd.html?artsuite=4

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article

commentaires