Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 08:41

801

Au dernier numéro du Lien paroissial, nous avons passé la barre des huit cent éditions! A cette occasion, nous profitons du n°801 pour donner la parole aux anciens curés, qui, à leur manière, ont contribué à l’évolution de cette «feuille de chou». Les abbés Ruiz, Giordan et Drillon reviennent sur les transformations de ce Lien. (Retrouvez l'édition intégrale du Lien :  LE LIEN - MARS 2012)

 

49068 100000342300992 1632 nEn arrivant dans le Secteur paroissial de Contes au début mai 1987, le curé que je remplaçais, le Père Louis LEPLUS, m’indiquait que le Journal paroissial n’avait plus grand intérêt : difficultés pour le rendre intéressant et attrayant, difficultés de distribution sur les 8 paroisses et coût trop élevé pour les finances paroissiales. J’ai donc pris la décision de supprimer le journal au profit d’un lettre hebdomadaire, du format A5, qui serait intitulé LE LIEN et qui comporterait chaque semaine :

- Un éditorial du curé, souvent sur le temps liturgique ou sur l’évangile du dimanche

- Les textes de la messe dominicale avec les chants

- Les informations pour la semaine concernant la vie de la paroisse et du Secteur.

Ces LIENS, confectionnés par le curé, imprimés sur duplicateur, étaient distribués aux messes dominicales par les relais paroissiaux. Ils ont permis de faire circuler les informations rapidement, annonçant les fêtes patronales, les grandes manifestations… Ce fut l’organe de liaison entre les communautés pendant les 7 années de mon ministère à Contes et sur le secteur paroissial.        

abbé Jean-Louis GIORDAN

 

drillonLe LIEN ! Une feuille de choux, comme on dit, oui, mais bien utile : avec ses informations, qui facilitent la pratique de notre sainte religion, qui permet aussi de partager des idées ou des réalités sur la foi, et qui entretient et promeut la vie de la Communauté paroissiale. Le LIEN, un moyen humble de propager l’Évangile et la vie de la famille paroissiale ! Mais souvent, l’humilité des moyens expriment la toute puissance de Dieu…..   Ad multos annos ! 

abbé Stéphane DRILLON

 

Benediction-voiture-10-09--5-mod.JPGIl a été évident, pour moi, de continuer la parution du Lien : lien entre les communautés, lien avec Dieu par des prières dont la prière universelle dominicale, lien d’information par les horaires des messes, baptêmes et mariages qui rythment la vie chrétienne, lien avec les personnes qui ont travaillé avec moi, pour que tous les quinze jours, il soit distribué rapidement dans l’ensemble de la paroisse. Je me souviens en particulier du témoignage que j’avais demandé à une future mère durant le temps de l’Avent pour savoir ce qu’éprouvait une femme en attente de son enfant ; ou encore l’acte d’abandon de Jean-Paul II publié au moment de sa mort avec deux phrases en particulier : « Seigneur, voilà plus de soixante-cinq ans que Tu m’as fait le don inestimable de la vie, et depuis ma naissance, Tu n’as cessé de me combler de tes grâces et de ton amour infini… Si, un jour, la maladie devait envahir mon cerveau et anéantir ma lucidité, déjà, Seigneur, ma soumission est devant Toi et se poursuivra en une silencieuse adoration »… ou encore le dernier Lien qui donne toute une série de citations sur le prêtre dont celle-ci  « Les prêtres sont de moins en moins nombreux, il va falloir qu’ils ressemblent de plus en plus à Jésus-Christ » (le comédien Darry COWL). 
Merci au P. Zdzislaw de nous faire participer à cet anniversaire du Lien, montrant ainsi qu’on ne coupe jamais le lien vécu entre une paroisse et un curé. 
abbé Marc RUIZ
 
Le père Zdzislaw est aussi à l’origine de transformations, comme le récent changement de format. A l’été 2011, il a doublé! Désormais le Lien contient aussi des articles pour nourrir la vie spirituelle et donne des informations au delà du cadre paroissial. Alors, Bonne lecture et au prochain numéro!
Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 15:23

Il est venu dans la nuit de Noël, le Messie tant attendu.

Il est venu ... non pas comme un intrus, mais dans la douceur d’une promesse.

Il est venu là où il était attendu. Mais non pas comme nous l’aurions voulu. Car il n’est pas le rêve des hommes, mais bien celui de Dieu.

Il est venu à Bethléem en Judée pour être enveloppé d’une tendresse humaine qui puisse faire écho de sa tendresse de Père pour tous les hommes, ses enfants.

Il est venu sans tapage parce que l’Amour a besoin de silence et de délicatesse.

Il est venu se donner et s’offrir parce que l’Amour ne saurait ni prendre, ni capturer.

Et nous voilà honorés avec Lui dans la crèche.

Redevenus petits enfants émerveillés.

Redevenus petits enfants bien en deçà de toute condamnation ou de tout jugement.

Avec l’Enfant-Dieu, l’histoire est bouleversée. Doucement, simplement et ... inexorablement.

Le ciel n’est plus une menace. Une étoile nous guide.

L’homme n’est plus ni esclave, ni rebut ... Il devient enfant qui grandit et qui ne cessera plus de découvrir la force de la Miséricorde et du Pardon.

L’histoire ne nous éloigne plus de Dieu. Il est entré dans cette histoire.

Et avec nous, avec chacun de nous, Il nous bâtit une Maison où une place est toujours préparée pour chacun des enfants du Père.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et Paix sur la Terre aux hommes qui l’aiment ...

 

Joyeux Noël à chacun ! Bonne et Heureuse Année 2011

 

Père Zdzislaw et Père Michel

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 21:20

0211-0009 verkuendigungLes fortes pluies de novembre sont maintenant passées, les feuilles qui faisaient resplendir le paysage d’automne servent désormais d’humus, les premières neiges revêtent les montagnes du manteau hivernal d’un blanc immaculé, la faune se fait discrète et les cigales ont depuis longtemps cessées de chanter l’été.  La création nous donne ainsi le cadre nécessaire pour nous préparer dans la quiétude à l’avènement du Sauveur. Tout nous dispose à entendre l’appel du précurseur Jean le Baptiste qui nous invite :

« Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route » (Mt 3, 3).

 

 

 

 Le Christ va venir conformément aux promesses révélées par les prophètes. Dans la nuit de Pâques, lorsque nous chantons : 

« Heureuse faute qui nous valut un tel Rédempteur », nous confessons notre faiblesse mais aussi la grandeur et l’humilité de Dieu qui prend notre condition pour nous racheter et nous ramener vers Lui.

Voici donc deux aspects qui pourront nous aider dans ces quatre semaines de l’Avent : reconnaitre notre faiblesse que le Christ vient lui-même assumer et la grandeur du Don que Dieu nous fait. L’enjeu est bien d’aplanir la route qui conduit à nos cœurs. Comment Dieu pourrait-Il atteindre le fond de nos cœurs si nous y avons dressé des clôtures d’égoïsme et de suffisance, si nous avons laissé se dégrader les chemins d’accès par l’absence de vie spirituelle et chacun peut aisément poursuivre la liste. Si nous voulons que Dieu parvienne en nos cœurs, alors préparons-lui le chemin !

Lorsque nous invitons un hôte à notre table, nous sommes heureux de sortir les plus beaux couverts et les meilleurs vins. Que ferons-nous pour préparer cette rencontre intérieure avec le Christ ? Pourquoi le Christ est-Il né dans une mangeoire, loin de tous ? Peut-être parce que personne n’avait préparé sa maison pour l’accueillir. Alors disposons-nous à être des hôtes dignes de Celui que nul ne peut contenir et qui pourtant se donne à nous dans la petitesse de la crèche et la simplicité du pain.

« Il est proche, le jour du Seigneur, formidable!

Il est proche, il vient en toute hâte! » (So 1, 14)

Hâtons donc sa venue et faisons de l’avent un temps pour laisser la parole de Dieu imprégner nos cœurs telles les pluies de novembre ; préparer un bon terreau pour que la semence de Dieu ne meure pas ; retrouver la blancheur de notre vêtement baptismal en vivant la confession ; faire taire le vacarme de nos vies intrépides pour entendre et écouter le fin silence qui annonce la venue du Sauveur. (cf. 1R19, 12)

 

L.D

 

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 18:32

"La sainteté est une force communicative" Saint Ambroise

               La Toussaint nous invite à fêter les saints. Mais qu'est ce qu'un saint ? Comment le devenir ? Faut-il faire des miracles, avoir des visions, entendre des voix ? Faut-il une reconnaissance officielle, être canonisé en grande pompe ?

L'Eglise nous invite à voir dans la sainteté un chemin pour tous. Un saint n'est pas un étranger lointain ! Ce n'est ni un héros ni un modèle de vertu. C'est un frère ou une sœur qui nous a précédé dans la foi et reste attentif à notre vie. Le saint est un exemple vivant de ce qui est possible pour chacun d'entre nous : à la suite de Jésus, faire de notre vie, une vie sainte.

Pour devenir saint, il n'y a pas 36 000 chemins : il suffit de répondre pleinement à l'amour de Dieu en vivant l'Evangile. C'est-à-dire en aimant, à notre tour, les autres. En ce sens, les saints sont réellement des modèles pour les chrétiens. Non dans l'imitation de leur vie, mais dans l'imitation de la liberté avec laquelle ils ont marché avec Jésus-Christ. L'un aura pu donner sa vie dans le martyr, un autre fonder d'un ordre, un autre vouer son existence aux pauvres, un autre encore être tout simplement portier dans une école ...

Les saints sont auprès de Dieu. Ils sont vivants. C'est le sens de notre fête aujourd'hui. Les saints n'ont pas abandonné la solidarité humaine. " Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre" affirmait Thérèse de Lisieux. Et c'est en ce sens qu'il faut lire les miracles : ils sont la preuve de l'attention d'un saint à ses frères humains. Rien d'étonnant donc à ce qu'un miracle soit reconnu comme un des éléments qui entrent en compte dans la canonisation d'un individu.

Alors, bonne fête à vous aussi !

 

Commémoration de tous les fidèles défunts -  2 novembre 

Dès les premiers temps du christianisme, la conviction s'est établie que les vivants ont à prier pour les morts. Au moment de mourir, sainte Monique, mère de saint Augustin, demandait à son fils de se souvenir d'elle « à l'autel du Seigneur, partout où tu seras ».

Pendant le haut Moyen Âge, on célèbre l'Office des morts à l'anniversaire du décès de la personne. Et tous les puissants de ce monde, princes, rois, évêques, demandent dans leur testament des prières pour le salut de leur âme. En 998, saint Odilon, abbé de Cluny, demande à tous les monastères dépendants de son abbaye de célébrer un office le lendemain de la Toussaint pour « la mémoire de tous ceux qui reposent dans le Christ ». Cet usage s'est répandu à toute l'Eglise et y demeure aujourd'hui.

Ce jour là, les chrétiens sont invités à participer, si possible en assistant à la messe, à ce vaste mouvement de solidarité spirituelle. Les foules qui se pressent les 1er et 2 novembre dans les cimetières ne sont sans doute pas étrangères au message d'espérance de l'Eglise, même si l'on peut trouver  dommage que, du coup, la fête de la Toussaint se trouve reléguée à une triste évocation des disparus.

Penser et prier pour ceux que nous avons aimés fait partie de notre foi. Mais n'oublions pas qu'on peut aussi leur demander de prier pour nous, de s'associer aux difficultés de notre vie et, le jour venu, de nous aider à faire, à notre tour, le grand passage. Vivre dans la mémoire de nos disparus ne doit pas être considéré comme mortifère et déprimant. C'est au contraire un vrai témoignage de foi dans la résurrection et la vie éternelle.

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 21:36

Pendant toute l'année scolaire, nous avons cheminé ensemble en cherchant  les moyens d’annoncer et de vivre notre foi. Grâce à votre témoignage et votre engagement on a rendu l’Eglise encore plus visible et proche de la vie des gens.

 

La prochaine année pastorale on va concentrer nos efforts autour du sujet de l’évangélisation. Le meilleur moyen d’évangéliser c’est tout d’abord vivre l’Evangile soi-même: la lire, l’écouter, la mettre en pratique. Notre diocèse nous propose une belle initiative titrée « Maison d’Evangile ». Dans notre paroisse fonctionnent deux « Maisons d’Evangiles », j’espère qu’il y en aura plus l’année prochaine.

 

Cette année, un groupe de paroissiens a suivi la formation de « Parcours Alpha ». C’est une façon d’annoncer l’Evangile aux personnes qui se posent des questions au sujet de la vie et de la foi, p.ex. d’où je viens, pourquoi je suis là, où je vais.

 

Toutes les personnes qui s’intéressent à ce parcours sont invitées à la première rencontre qui aura lieu vendredi 17 septembre 2010 à la chapelle saint Roch à Contes.

 

Au moi de mai, j’ai fêté le 20e anniversaire de mon sacerdoce. A cette occasion vous étiez nombreux à me manifester votre amitié. Merci beaucoup pour vos prières, vos paroles et vos cadeaux.

 

Je profite de cette occasion pour vous dire que si j’ai blessé quelqu’un par mon manque de patience, mes paroles, mes comportements, veuillez m’excuser.

 

Dieu, notre Père,

nous te remercions pour l'année qui s'achève.

Envoie-nous ton Esprit

afin qu'il nous aide à vivre,

d'après la Parole de Dieu,

pendant les vacances.

 

BONNES VACANCES A TOUS.

      

Père Zdzislaw Brzezinka, curé

 

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 21:56

Comme vous le savez et vous le voyez, nous avons commencé, tout d’abord par discuter et depuis quelques temps, réaliser, le projet pastoral « Rendre Eglise visible, proche et accueillante ». Ce projet me semble très important pour l’avenir de notre communauté et de notre Eglise, le synode terminé le 31 mai 2009, nous a donné plusieurs pistes pour les années à venir.

Les changements commencés depuis presque trois ans vont continuer. Nous regardons tous l’avenir et nous rêvons d’une Eglise vivante, transparente et ouverte.

Certains préfèrent ce qu’ils ont vécu il y a quelques années et je les comprends mais la situation change et nous sommes obligés réagir. On ne le fait pas pour réaliser les idées  du curé (même les meilleures), mais tout simplement par nécessité. C’est pour cela que nous regroupons « les forces humaines » de la Paroisse avec des résultats plus ou moins satisfaisants. On a l’occasion de construire les années qui viennent et d’une certaine façon de créer l’avenir. On le fait pour nous et pour les générations à venir.

Je profite de l’occasion pour vous dire mes grands mercis pour tout ce que vous avez entrepris pour rendre notre Eglise visible, plus proche des gens et plus accueillante. Je compte sur vous et vous, si vous le voulez, vous pouvez comptez sur moi.

Je profite aussi de l’occasion pour dire un grand merci à Madame Martine Lucas de Peslouan, pleine de générosité et de gratitude qui après plusieurs années au service de la paroisse a donné sa lettre de démission à Mgr évêque de Nice, Louis Sankalé. Je vous informe que dès 1er mai il y a aussi le changement de secrétaire paroissiale et la comptable. De ce fait de secrétariat s’occupera Madame Marie-Céline CAUVET, de la comptabilité Madame Sylvie LOROSCIO et de l’économat Monsieur François HEMZACEK.

 

Le Curé.

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 22:08

Dimanche 25 avril, l’Eglise médite l’évangile du Bon pasteur et prie tout particulièrement pour les vocations sacerdotales et religieuses. En ces temps troublés, par une « crise des vocations » et les récents problèmes irlandais, il convient de remettre au cœur de nos prières et de nos préoccupations le souci de l’Eglise pour ses prêtres. Benoit XVI, dans son message à l’occasion de la 47ème journée des vocations, met en valeur le témoignage comme source de vocations. Le témoignage [des prêtres ou des religieux] peut susciter chez d’autres le désir de répondre à leur tour, avec générosité, à l’appel du Christ. Cependant, ceux qui ont déjà répondu à l’appel du Christ ne sont pas les seuls qui doivent s’investir dans cette tâche. Tous ceux qui ont fait la rencontre du Christ sont appelés à leur tour à dire comme André : « Nous avons trouvé le Messie ». Chacun est appelé à conduire son prochain à une intimité avec le Christ. Pour certains que le Seigneur appelle, cette intimité sera le sacerdoce ou la vie religieuse.

Ainsi, il en va de la mission de chaque communauté chrétienne. « Ce large travail pastoral comprend également la sensibilisation des familles, souvent indifférentes si ce n'est ouvertement opposées à l'hypothèse de la vocation sacerdotale. Qu'elles s'ouvrent avec générosité au don de la vie et qu'elles éduquent leurs enfants à être disponibles à la volonté de Dieu. En résumé, il faut surtout avoir le courage de proposer aux jeunes la radicalité de la vie à la suite du Christ, en en montrant l'attrait. » La famille est le premier lieu dans lequel s’épanouit une vocation. Mais combien de familles résonnent comme pour le la ligne TGV. Tous sont d’accord sur ces bienfaits et son utilité, mais il n’est pas question qu’elle passe dans leur jardin. On entend parfois des responsables de catéchèse qui refusent que leur fils entre au séminaire ! Paradoxe ! La famille est vraiment un lieu privilégié pour laisser grandir un appel et y répondre. Lorsque j’ai annoncé à mes parents que j’entrais au séminaire, je me suis empressé de répondre à leur étonnement en leur disant qu’ils n’y étaient pas pour rien !

On parle beaucoup de crise des vocations. Ce serait un manque de foi que de parler ainsi. Comment Dieu peut-il cesser d’appeler des hommes à le suivre pour faire vivre son Eglise et le rendre présent. C’est tout simplement impossible. Je préfère dire que c’est une crise de la réponse à l’appel. Ce n’est que lorsque j’ai compris qu’il fallait se mettre à l’écoute pour entendre, que j’ai pu discerner l’appel du Seigneur. Il faut se mettre dans une attitude d’abandon à la volonté de Dieu pour que celle-ci se manifeste plus clairement à notre cœur. C’est dans la prière que cette véritable écoute est possible. C’est dans cette relation d’intimité que le Christ révèle son projet pour chacun de nous. Que nos communautés soient donc des lieux de prière où les plus jeunes sont conduits et portés dans la prière. Sachons donc entourer de notre prière et de notre présence les jeunes qui viendront vivre une nuit d’adoration pour les séminaristes le 28 mai prochain.

L.D

 

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 19:25

En avril, ne te découvre pas d’un fil !

Nous allons fêter dans la joie et l’allégresse la résurrection du Christ. Dans cette même nuit où la lumière a resplendi dans les ténèbres, de nombreux catéchumènes vont être  baptisés. Ils vont devenir fils de Dieu par la régénération du baptême. En effet, tous les péchés sont remis et le péché originel effacé. Pour tous ceux qui ont reçus la grâce sanctifiante du baptême, il ne demeure plus rien qui les empêche d’entrer dans le royaume des Cieux. Ainsi, par le baptême, ils ont revêtu l’homme nouveau et sont devenus une création nouvelle.
 

St Paul, s’adressant aux galates s’exprime ainsi : « Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. » (Ga 3, 27) Nous, baptisés, nous avons été configurés aux Christ, nous sommes devenus par Lui, des fils adoptifs de Dieu.

Souvenons-nous de ce jour où notre parrain et notre marraine nous ont remis le vêtement blanc, signe de cette grâce venant de la Résurrection du Christ. Ce jour là, réellement et symboliquement, nous avons revêtu le Christ. Qu’avons-nous fait de ce vêtement, qu’avons nous fait de notre baptême, du Christ dans nos vies ?

Soyons vigilant, nous avons revêtu le Christ mais notre nature humaine reste faible face aux tentations de ce monde. Laissons l’Esprit Saint agir en nous, alors nous vivrons véritablement en Fils de Dieu et notre vêtement blanc ne quittera pas nos épaules.

L.D 

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 11:44

Grâce aux Liens des prochains mois, nous vous proposons de parcourir chacun des sept sacrements que l’Eglise propose comme dons pour vivre à la suite du Christ. Ce temps de carême, temps de conversion par excellence, est propice à une présentation du sacrement de confession. Il n’est certes pas le plus populaire, et pour cause : il nécessite de notre cœur une disposition humble et clairvoyante : pas toujours facile ! Pour mieux comprendre ce sacrement de guérison, il faut reconsidérer les sacrements en eux-mêmes où Dieu se donne. Par le ministre, Dieu offre sa grâce qui découle de la mort et de la résurrection du Christ. C’est un don qu’il nous suffit presque de demander !

 

Le baptême - « porte des sacrements » - nous configure au Christ, efface en nous la marque du péché originel et régénère l’image de fils de Dieu. Par ce sacrement, nous sommes incorporés à l’Eglise, Corps mystique du Christ. Cependant, ce bain n’enlève pas la faiblesse de la nature humaine et l’inclination de l’homme au péché : la concupiscence. La confession répond au désir de chaque homme de revenir à Dieu : « le temps est accompli et le royaume de Dieu est tout proche, repentez vous et croyez à l’Evangile » (Mc 1,15) Reconnaître sa faute, se repentir, demander pardon et croire à l’évangile : telle est l’invitation que le Christ lance à tous ceux qui veulent vivre en enfants de Dieu.

 

La nature humaine est faible et notre seule force c’est le Christ et son Esprit de vérité. « Mais quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. » (Jn 16, 13) Seul l’Esprit Saint, à travers la méditation de l’Ecriture, peut nous éclairer sur notre vie et il suffit de le prier pour qu’il nous conduise dans cette démarche de conversion. Ainsi, poussés par l’Esprit de Vie, nous pourrons vivre ces trois éléments qui constituent ce sacrement. Dans notre cœur, la contrition ; dans notre bouche, la confession ; dans notre comportement, une totale humilité ou fructueuse satisfaction.

 

Par une vraie contrition, nous affirmons une détestation du péché commis et la ferme intention de ne plus pécher à l’avenir. L’aveu, qui est certainement ce qui nous rebute le plus, permet à l’homme de regarder en face les péchés dont il s’est rendu coupable et dont il assume la responsabilité. Par l’aveu, le pénitent manifeste sa prise de conscience que son péchés touche à la fois sa communion avec les hommes et l’Eglise et donc avec Dieu. Enfin, la satisfaction (la pénitence) permet au pécheur repenti de réparer les torts causés, de retrouver sa place dans l’Eglise et de recouvrer la santé spirituelle.

 

Ce sacrement a aussi un effet vivifiant sur la vie de l'Eglise qui a souffert du péché d'un de ses membres. Rétabli ou affermi dans la communion des saints, le pécheur est fortifié par l'échange des biens spirituels entre tous les membres vivants du Corps du Christ. Alors, prions les uns pour les autres afin que cette démarche de réconciliation envers Dieu et les hommes soit vécue comme un don immense de la miséricorde de Dieu. Alors notre joie sera grande lorsqu’au matin de Pâques nous chanterons : « Il est vraiment ressuscité Celui qui s’est laissé clouer pour nous sur une croix. »

 

Savourons pour finir cette phrase de St Jean Marie Vianney : « Quand on va se confesser, il faut comprendre ce qu’on va faire. On peut dire qu’on va déclouer Notre Seigneur. »

L.D 

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 23:08

« Que l’adoration soit le lieu où nous laissons le Christ configurer notre cœur au sien. » Certains l’ont compris, le précédent édito et celui-ci ont pour objet de nous introduire dans la pratique de l’adoration du saint Sacrement. A partir du mois de janvier nous pourrons vivre de manière plus régulière ce temps de rencontre intime avec le Christ.

Cette semaine, nous entrons dans le temps de l’Avent qui nous prépare à accueillir l’Enfant Jésus, Dieu fait Homme, Dieu qui se révèle. La méditation du mystère de l’Incarnation nous aide à comprendre ce qui se passe dans le face à face vécu au cours de l’adoration. Le Curé d’Ars s’exprime ainsi au sujet de la venue du Christ : « Lorsque Dieu voulut donner une nourriture à notre âme, il promena ses regards sur la création et ne trouva rien qui put rassasier cette âme. Alors il se replia sur lui-même et résolut de se donner lui-même en nourriture à cette âme. La nourriture de l’âme c’est le corps, le sang, l’âme, la divinité de Notre Seigneur Jésus Christ. » Notre corps se nourrit de substances corporelles, mais notre âme, elle, doit se nourrir de la divinité même du Christ. L’adoration nous permet cet échange. Dieu a envoyé son Fils pour nous conduire en sa demeure. La venue du Christ s’inscrit dans le projet d’amour de Dieu qui veut que nous vivions à ses côtés et que nous participions de sa divinité. C’est pourquoi Il ne cesse de vouloir que nous soyons semblables à son Fils, l’homme véritable. Le Saint Sacrement exposé est comme le soleil. Lorsque vous déposez un objet en plein soleil pendant une longue durée, vous observez qu’il perd progressivement sa coloration et qu’apparaît alors sa couleur originelle. Telle est l’action du Saint Sacrement sur notre âme. Son rayonnement dissipe les masques accumulés qui cachent l’image même de Dieu présente au plus profond de notre être. Au fil de ces rencontres, laissant le Christ illuminer notre âme, nous lui devenons semblables.


Si l’adoration est un lieu de configuration au Christ, c’est aussi une fenêtre qui ouvre sur le ciel. Avant la Passion du Christ, Philippe s’adresse à Jésus : « "Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit." Jésus lui dit: "Voilà si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe?  Qui m'a vu a vu le Père. » (Jn 14, 8) A travers cette Hostie consacrée, nous contemplons le Fils qui nous renvoie à son Père ; Il agit tel des binocles. Ceux qui partagent la joie de porter des lunettes comprendront que sans elles ils ne peuvent guère discerner ce qui se trouve devant eux. Il en va de même de notre âme. Elle n’est pas à même de voir le Père sans passer par le Fils. En regardant le Christ dans son Saint Sacrement, nous voyons le Père qui nous tend les bras. Oui, l’Hostie que nous contemplons, c’est Jésus qui s’offre à nos regards aimants. Alors, remplis de la joie de Noël, nous pourrons dire avec St Jean Chrysostome : « celui que nous voyons, les mages l’ont adoré quand il était dans une mangeoire ».

L.D

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans LIEN
commenter cet article