Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
Mardi 13h00 - 19h00 

 

 

Site internet :

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook :

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Curé

abbé Ildephonse NIYONGABO

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric REBUFFEL

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 09:23

b2ad43f8-6006-11e2-b51c-40bcb524a972-493x328.jpgAlors que des miliers de français bravaient le froid parisien pour défendre les fondements de la famille, une délégation des Alpes-Maritimes gonflait les rangs du cortège de la manifestation. Venus en groupe, en famille ou individuellement, les azuréens tenaient à montrer leur opposition au projet de loi et leur volonté de revendiquer certaines valeurs.

La suite de l'article sur : http://nice.cef.fr/actu_anciennes.php?action=35z

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 17:37

481350_323678601070704_212262488_n.jpg

Faisant suite à la mobilisation des français au sujet du "mariage pour tous" et des nombreuses sensibilisations opérées, les évêques de France appelent encore et toujours à une vraie discussion et à l'unité plutôt qu'à la division en cette période de crise.

 

Depuis de longs mois, nous avons alerté le gouvernement et l'opinion publique sur le risque de clivage profond que représentait, au sein de la société française, le projet de loi permettant le mariage et l'adoption pour les personnes de même sexe. Ce clivage est d'autant plus malvenu que notre pays connaît une période de fortes difficultés économiques et sociales qui devrait, au contraire, amener les responsables politiques à rassembler le pays.

L'ampleur exceptionnelle de la manifestation du dimanche 13 janvier montre, s'il en était besoin, que cette alerte était fondée. Dans les trois cortèges convergeant vers le Champ de Mars, des gens de toutes les régions de France, jeunes ou plus âgés, en famille, avec leurs enfants ou seuls, de toutes opinions, de toutes religions ou sans religion, ont défilé avec conviction, dans la bonne humeur et sans agressivité à l'égard de quiconque. Dans cette grande diversité, la caractéristique commune était la reconnaissance de la famille, l'intérêt supérieur des enfants et le respect de la filiation.

Une majorité politique ne peut, sans dommage pour le bon fonctionnement démocratique, ignorer les réactions que suscite chez tant de nos compatriotes le projet d'une telle « réforme de civilisation ». La mission du politique est d'offrir le cadre d'une authentique réflexion sociale sur ces questions majeures que sont la transmission de la vie et la nature des liens humains. C'est pourquoi nous souhaitons, qu'à l'occasion du débat parlementaire, les élus et les politiques proposent des solutions et des formulations qui soient respectueuses du caractère hétérosexuel du mariage, de la filiation et des personnes homosexuelles.

Pour notre part, comme évêques, nous invitons les communautés catholiques, à poursuivre la réflexion sur ces enjeux fondamentaux."


Les membres du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France :
Cardinal André VINGT-TROIS, archevêque de Paris, président de la CEF 
Mgr Hippolyte SIMON, archevêque de Clermont, vice-président de la CEF
Mgr Laurent ULRICH, archevêque de Lille, vice-président de la CEF 
Mgr Jacques BLAQUART, évêque d'Orléans
Mgr Jean-Claude BOULANGER, évêque de Bayeux et Lisieux
Mgr Jean-Pierre GRALLET, archevêque de Strasbourg
Mgr Hubert HERBRETEAU, évêque d'Agen
Mgr Jean-Paul JAEGER, évêque d'Arras
Mgr Jean-Paul JAMES, évêque de Nantes.

 

source : http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/-on-ne-reforme-pas-la-societe-en-profondeur-en-ignorant-tant-de-reactions-15666.html

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 16:20

Le clip KTO de la Manif pour Tous, avec le Cardinal André Vingt-Trois et Tugdual Derville.
L'ensemble des vidéos KTO sur la Famille et le Mariage est disponible en suivant ce lien: www.ktotv.com/cms/famille-mariage

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 16:15

manif2.JPGUn raz de marée pacifique mais déterminé a submergé Paris dimanche 13 janvier. De 17 à 20 h, les chiffres de participation n’ont cessé d'augmenter pour s’établir, selon les organisateurs, à près d’un million (350 000 selon la police) d’opposants au projet de loi sur le mariage homosexuel. 

Retrouvez ici une sélection de photos prises par nos journalistes présents sur le terrain. N’hésitez pas à nous envoyer vos meilleurs clichés que nous publierons ici.

http://www.famillechretienne.fr/societe/politique/la-manif-pour-tous-comme-vous-lavez-vue_t7_s37_d68201.html

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 09:03

homme-femme.jpgUne conférence de la philosophe Sylviane Agacinski aux Semaines sociales de France 2012 sur la pertinence de la différence homme-femme. Une réflexion de fond pour nourrir le débat sur l'accès des couples homosexuels à la parentalité.

Depuis quelque temps, la différence sexuelle est mise en cause, au point que la distinction homme-femme serait devenue non pertinente. Sylviane Agacinski retrace l'histoire de cette différence, marquée par une hiérarchisation qui s'efface peu à peu aujourd'hui dans les sociétés occidentales. La subordination de la femme à l'égard de l'homme est en cours de déconstruction, et l'égalité tend à remplacer la hiérarchisation. Dès lors, la philosophe pose la question suivante : Quel est le fondement de la différence ? En quoi consiste-t-elle ? A-t-elle encore un sens ? Et, s'ils sont égaux, les deux sexes sont-ils pour autant équivalents ?

Sylviane Agacinski montre comment un courant de pensée contemporain, hyperculturaliste, voudrait imposer l'idée que l'être humain est intégralement le produit de sa propre construction, sociale, culturelle et technologique. Il soustrait la condition humaine à toute condition naturelle, et veut promouvoir la différence des sexualités, à la place de la différence des sexes. Or, pour la philosophe, la différence des sexualités n'efface pas la différence sexuelle : on ne peut pas parler d'homosexualité, de bisexualité ou d'hétérosexualité si l'on ne pose pas a priori l'existence d'au moins deux sexes, qui ne sont pas équivalents. La différence sexuelle ne se comprend qu'à partir du schéma de la génération : le sexe, c'est un pouvoir d'engendrer, un pouvoir mâle, et un pouvoir femelle.

Aujourd'hui, le recours aux procréations médicalement assistées a bouleversé ce schéma. Le recours à l'adoption, aux PMA ou aux mères porteuses pourrait instituer comme couples parentaux des couples homosexuels. Pourquoi ne pas tenir comme équivalents les deux types de couples ? Pour Sylviane Agacinski, la dépersonnalisation et l'organisation d'une procréation secrète (anonymat des donneurs de gamètes, notamment) a de graves conséquences pour les enfants. Les enfants ont besoin de savoir à quelles personnes ils doivent la vie, pour pouvoir s'inscrire dans une histoire humaine, refusant d'être des produits fabriqués. Et, même si la légitimité des liens homosexuels est acquise, cela justifie-t-il le droit d'écarter l'autre sexe de la naissance d'un enfant ? Le problème des enfants à venir, c'est que personne ne les représente dans le débat politique. La philosophe appelle à une réflexion anthropologique et éthique collective.

www.croire.com

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 19:23

 

TOUS_EN_PRIERE_LOGO2.pngA quelques jours de la grande manifestation prévue à Paris ce dimanche pour la vérité du mariage entre un homme et une femme, d'autre initiatives voient le jour pour que la France retrouve la raison. Voici une nouvelle initiatives qui s'appuie sur une prière fervente.
 

POURQUOI PRIER?

Pour agir spirituellement. Nous pouvons, avec foi, demander à Dieu par le Cœur de Jésus et par le Cœur de Marie de stopper la légalisation du mariage et de l’adoption entre personnes du même sexe. Dieu ne peut agir qu’à la mesure de notre foi. Nous croyons fermement que notre prière a une action directe. Elle peut « éveiller les consciences » comme le disait Mgr André Vingt-Trois dans son appel à prier.

Pour entrer dans l’Espérance de la victoire du Christ sur le monde, quoi qu’il arrive. L’abandon dans la prière nous garde de tout découragement. La prière est le plus sûr moyen de rester dans la confiance devant l’avenir de notre pays et de nos enfants.

Pour se convertir, en cette année de la Foi. Le Pape Benoit XVI nous invite dans la lettre apostolique Porta Fidei « à une conversion authentique et renouvelée au Seigneur, unique Sauveur du monde. ». La conversion de notre entourage, de notre pays, passe d’abord par une conversion personnelle, une amitié plus grande avec le Christ.

Toutes les informations sur : http://www.tousenpriere.com/

« Témoigner par la parole et par les actes : c’est notre devoir et c’est bien. Réfléchir au bien fondamental de l’homme : c’est indispensable et c’est mieux encore. Mais prier et jeûner, c’est premier car Jésus nous l’a dit : il faut prier «sans cesse et sans jamais se décourager » (Luc 18, 1) et « Jusqu'à présent, vous n'avez rien demandé en mon nom ; demandez et vous recevrez, pour que votre joie soit parfaite. » (Jean 16,24)" Cardinal Barbarin.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:15

TRIBUNE-Mariage-gay-quelles-reponses-juridiques visuelHier étaient entendus à l'Assemblée Nationale, les représentants des cultes en France, dans le cadre du "débat" sur la question du mariage dit "pour tous". L'Eglise, et tout spécialement depuis le Concile Vatican II, encourage les fidèles à s'investir dans la vie de la cité. Notre pays est aujourd'hui face à l'éventualité de changements importants de société auxquels il est important d'apporter toute notre attention. C'est pourquoi, il est intéressant pour tous d'entendre à la fois la voix des représentants des cultes et la voix de la "majorité" parlementaire chargée des auditions. N'hésitez pas à prendre le temps de visionner cette vidéo, mais n'y passer votre dimanche après midi, vous êtes attendus à la "Maison pour tous" pour un temps de prière et de louange pour entrer dans le temps de l'Avent. (17h-18h30)

http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html?dossier=Commissions

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 22:04

 

familleDessin.jpgA l'heure où des pays européens prévoient déjà un cadre légal pour les couples homosexuels et d'autres comme la France y pensent, il est bon de revenir sur quelques points d'attention à ce sujet. En 2003, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi publiait une note au sujet des projets de reconnaissance d'union de personnes de même sexe ; en voici quelques paragraphes :

 

7. Dans les unions homosexuelles, sont complètement absents les éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille qui pourraient fonder raisonnablement leur reconnaissance juridique. Ces unions ne sont pas en mesure d'assurer, de manière adéquate, la procréation et la survivance de l'espèce humaine. L'éventuel recours aux moyens mis à leur disposition par les découvertes récentes dans le champ de la fécondation artificielle impliquerait de graves manquements au respect de la dignité humaine (15) et ne changerait rien à cette inadéquation. [...]

 

Dans les unions homosexuelles, est absente aussi la dimension conjugale, par laquelle les relations sexuelles prennent une forme humaine et ordonnée. En effet, ces relations sont humaines lorsque et en tant qu'elles expriment et promeuvent l'aide mutuelle des sexes dans le mariage et restent ouvertes à la transmission de la vie. [...]

 

Comme le montre l'expérience, l'absence de la bipolarité sexuelle crée des obstacles à la croissance normale des enfants, éventuellement insérés au sein de ces unions, auxquels manque l'expérience de la maternité ou de la paternité. Insérer des enfants dans les unions homosexuelles au moyen de l'adoption signifie en fait leur faire violence, en ce sens qu'on profite de leur état de faiblesse pour les placer dans des milieux qui ne favorisent pas leur plein développement humain. Certes, une telle pratique serait gravement immorale et serait en contradiction ouverte avec le principe, reconnu également par la Convention internationale de l'ONU sur les droits de l'enfant, selon lequel l'intérêt supérieur, à défendre dans tous les cas, est celui de l'enfant, la partie la plus faible et sans défense. [...]

 

8. La société doit sa survivance à la famille fondée sur le mariage. La conséquence inévitable de la reconnaissance juridique des unions homosexuelles est la redéfinition du mariage tel qu'il est reconnu légalement dans son essence. Celui-ci devient une institution qui perd sa référence légale essentielle par rapport aux facteurs liés à l'hétérosexualité, comme par exemple le devoir de procréation et d'éducation. Si, du point de vue juridique, le mariage entre deux personnes de sexe différent était considéré seulement comme une des formes de mariage possible, l'idée de mariage subirait un changement radical, et ce, au détriment grave du bien commun. En mettant sur un plan analogue l'union homosexuelle, le mariage ou la famille, l'État agit arbitrairement et entre en contradiction avec ses propres devoirs. [...]

 

10. Si tous les fidèles sont tenus à s'opposer à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, cette responsabilité incombe en particulier aux hommes politiques catholiques en raison de leur charge propre. Face à des projets de loi favorables aux unions homosexuelles, les indications éthiques suivantes sont à prendre en considération:

Dans le cas où serait proposé, pour la première fois à l'Assemblée législative, un projet de loi favorable à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, le parlementaire catholique a le devoir moral d'exprimer clairement et publiquement son désaccord et de voter contre ce projet de loi. Accorder le suffrage de son vote à un texte législatif aussi nuisible pour le bien commun de la société serait un acte gravement immoral. [...]

 

Néanmoins, selon l'enseignement de l'Église, les hommes et les femmes ayant des tendances homosexuelles «  doivent être accueillis avec respect, compassion, délicatesse. À leur égard, on évitera toute marque de discrimination injuste  ».(7) Ces personnes sont en outre appelées comme les autres chrétiens à vivre la chasteté.(8) Mais l'inclination homosexuelle est «  objectivement désordonnée  » (9) et les pratiques homosexuelles sont des «  péchés gravement contraires à la chasteté  ».(10)

 

11. L'Église enseigne que le respect envers les personnes homosexuelles ne peut en aucune façon conduire à l'approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles. Le bien commun exige que les lois reconnaissent, favorisent et protègent l'union matrimoniale comme base de la famille, cellule primordiale de la société. Reconnaître légalement les unions homosexuelles ou les assimiler au mariage, signifierait non seulement approuver un comportement déviant, et par conséquent en faire un modèle dans la société actuelle, mais aussi masquer des valeurs fondamentales qui appartiennent au patrimoine commun de l'humanité. L'Église ne peut pas ne pas défendre de telles valeurs pour le bien des hommes et de toute la société. 

 

(7) Catéchisme de l'Église catholique, n. 2358; cf. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Lettre sur la pastorale à l'égard des personnes homosexuelles, 1er octobre 1986, n. 10.

(8) Cf. Catéchisme de l'Église catholique, n. 2359; Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Lettre sur la pastorale à l'égard des personnes homosexuelles, 1er octobre 1986, n. 12.

(9) Catéchisme de l'Église catholique, n. 2358.

(10) Ibid., n. 2396.

(15) Cf. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instruction Donum vitae, 22 février 1987, II. A. 1-3

 

le document intégral sur :

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20030731_homosexual-unions_fr.html

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 18:24

La semaine passée, le cardinal André Vingt-Trois clôturait l'assemblée des évêques de France reunis à Lourdes. La question de la dénaturation du mariage était bien entendu au coeur des discussions. Voici le passage de son discours de clôture qui revient sur cette question. 

 

[...] La position très ferme que nous avons prise au sujet de la transformation légale du mariage a suscité bien des remous. Les réactions, plus diversifiées qu'on ne l'imaginait, ont montré un trouble réel de nos concitoyens qui expriment de véritables interrogations sur la pertinence et l'urgence du projet. Les injures publiques et les arguments ad hominem laissent paraître chez certains la difficulté à accepter un véritable débat. Bien sûr, l'accusation d'homophobie est la plus habituelle. Mais dénoncer la supercherie que serait un mariage entre personnes du même sexe n'empêche pas, au contraire, de comprendre le besoin de reconnaissance de personnes homosexuelles, besoin que ce supposé mariage ne satisferait d'ailleurs pas. Nous sommes convaincus que les personnes homosexuelles, comme tout un chacun, sont appelées à rencontrer et suivre le Christ. Il y a pour elles aussi un chemin vers lasainteté, à parcourir pas à pas, et l'Église est toujours disposée à les accompagner sur ce chemin. Une fois encore, nous voulons rappeler les grands absents de cette discussion : les enfants. 

 

Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Par-delà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société.  

 

Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir.

 

 Nous regrettons que le choix du gouvernement polarise tellement les attentions sur un sujet qui finalement reste second, si l'on tient compte des préoccupations prioritaires qui assaillent beaucoup de nos concitoyens en raison des conséquences de la crise économique et financière : fermeture d'entreprises, hausse du chômage, précarité croissante des familles les plus fragiles, etc. Nos associations, engagées dans la solidarité sociale, relèvent toutes l'aggravation de la situation, notamment des plus jeunes. Le récent rapport du Secours Catholique en est un témoignage supplémentaire. Dans cette période difficile, le soutien de la cohésion familiale est plus que jamais nécessaire. Nous encourageons tous les catholiques à maintenir leur mobilisation dans la lutte contre la misère économique et sociale et à poursuivre leurs magnifiques efforts de solidarité. [...]

 

"Parler, écrire, agir, manifester"... voici l'invitation du cardinal et des évêques de France. Alors, à vos plumes, écrivez à vos députés et vos maires que vous avez élus et dites leur avec simplicité vos préocupations. Et si vous êtes à Paris ce week end, venez vous dégourdir les jambes!

64586_524362814260537_273928087_n.jpg

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 10:52

TRIBUNE-Mariage-gay-quelles-reponses-juridiques visuelAujourd'hui, nous entendons parler d'une nouvelle civilisation qui pourrait voir le jour avec une avancée comme ce qu'ils appellent "le mariage pour tous." Frères et soeurs, ce que nous voulons construire, nous qui avons été baptisés dans l'eau et l'Esprit, c'est la civilisation de l'Amour. Cependant, elle ne consiste pas dans autre chose que de retrouver la condition de l'homme à sa création : un être en communion avec Dieu et avec ses semblables. Civilisation de l'amour ne signifie pas une civilisation gouvernée par des sentiments amoureux. Non, c'est une civilisation où l'amour des hommes pour Dieu fait grandir le monde.

Aimer Dieu c'est aimer sa volonté comme le chante le psalmiste : 

"heureux qui craint le Seigneur, qui aime entièrement ses volontés".

Aimer Dieu, c'est vouloir faire correspondre notre vie au projet de Dieu pour nous en assumant notre nature humaine.

Aimer Dieu, c'est vivre dans la vérité de notre condition de créature, dans la vérité de l'ordre établit par Dieu dans sa création.

 

Voici que résonne alors à nos oreilles cette parole de Jésus en direction des pharisiens (Lc 16, 15) :

"Ce qui est prestigieux chez les hommes est une chose abominable aux yeux de Dieu."

Demandons-nous, si ce que nous trouvons prestigieux est vraiment prestigieux aux yeux de Dieu, ou si cela lui est abominable. Ce que certains pensent être une avancée considérable dans notre civilisation, est-ce une avancée aussi prestigieuse aux yeux de Dieu, ou plutôt abominable?…

Aujourd'hui, l'Eglise célèbre saint Léon le grand, illustre pape qui eut à combattre les hérésies. Demandons lui d'intercéder pour nous en ces jours où nous-mêmes devons combattre contre cette grossière erreur du mariage dit "pour tous". Qu'il nous obtienne la force de défendre et de promouvoir la vérité de l'homme ; Que nous demeurions ferme dans la vérité pour construire la véritable nouvelle civilisation, celle de l'amour, à laquelle le Christ nous appelle afin vivre unis à Lui éternellement. Amen.

Partager cet article
Repost0