Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
Mardi 15h30 - 18h30 
Jeudi et Vendredi 08h30 - 11h30

 

 

 

Site internet :

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

Facebook :

https://fr-fr.facebook.com/paroissestvincent

 

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 16:22

Voici le texte de l'homélie donnée hier par Monseigneur Louis Sankalé à l'occasion de la messe Chrismale.

 

L’esprit du Seigneur est sur moi, car le Seigneur m'a donné l'onction. Frères et sœurs, ces paroles du prophète Isaïe retentissent au cœur de notre Messe chrismale. Dans un instant, seront bénites les Huiles qui seront remises à chaque doyen afin d’apporter le baume de la grâce divine au peuple chrétien. Le Seigneur m'a donné l'onction. Ces paroles rappellent tout d'abord la mission messianique de Jésus, consacré en vertu de l'Esprit Saint et devenu le prêtre suprême et éternel de la nouvelle Alliance, établie dans son sang. Toutes les préfigurations du sacerdoce présentes dans l'Ancien Testament trouvent leur accomplissement en Lui, le médiateur unique et définitif entre Dieu et les hommes.

 

Cette parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. Elle s’accomplit pour nous, Église du Christ, disciples du Seigneur, nous qui la recevons dans la foi et qui mettons notre espérance en elle. Ce soir encore, Jésus est au milieu de nous pour nous annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur. Ce soir encore, comme les personnes présentes dans la synagogue de Nazareth, nous gardons le regard fixé sur le Rédempteur. La célébration de sa Pâque va renouveler en nous le dynamisme du baptême, la force de la communion eucharistique et la joie du don de l’Esprit. Mais comment ne pas avoir aussi présent à l’esprit la brutalité avec laquelle, tous ces jours-ci, la barbarie fait irruption dans notre quotidien ? Comment oublier les milliers de victimes des catastrophes naturelles, l’Afrique du Nord et les pays du Moyen-Orient avec leurs mouvements nationaux et les combats qui les accompagnent, le Mali où l’on espère que la raison l’emportera ? Ces crises récentes ne peuvent pas effacer de nos mémoires la lutte interminable entre Juifs et Palestiniens, ni l’Afghanistan où des soldats français continuent de servir et, pour certains, de souffrir et de mourir. Elles ne peuvent pas nous faire oublier nos frères des églises orientales au Moyen Orient et tous nos frères persécutés au Nigeria, en Inde et ailleurs à cause de leur foi. Devant ces malheurs des temps, notre foi au Christ est mise à l’épreuve, comme elle est mise à l’épreuve par l’augmentation dans notre pays du nombre des personnes sans ressources et sans logement. Pourrions-nous être les témoins de la libération annoncée et réalisée par le Christ sans affronter ces réalités ? Notre Église pourrait-elle annoncer Jésus-Christ sans agir pour que cette Bonne Nouvelle atteigne effectivement les pauvres de notre temps ? Si, comme Jésus nous le dit, cette parole s’accomplit aujourd’hui, elle éclaire pour nous les chemins où le Seigneur nous appelle.

 

Les Saintes Huiles que je vais bénir et consacrer sont pour nous le signe sacramentel de notre configuration au Christ par le Saint-Chrême et de la force du combat reçue avec l’Huile des Catéchumènes et l’Huile des malades. Par ces onctions, nous sommes véritablement identifiés au Christ dans sa mort et sa résurrection. Par elles, l’offrande que les malades sont appelés à faire de leur souffrance devient participation à la Passion du Seigneur et participation au Salut qu’il apporte au monde. Par elles, les catéchumènes entrent dans une nouvelle manière de vivre à la suite de Jésus en libres enfants de Dieu. Par elles, les baptisés et confirmés sont consacrés pour annoncer l’Évangile et se mettre au service de leurs frères. Par l’onction sacramentelle, les prêtres du Christ deviennent en lui pasteurs de son peuple et serviteurs de la grâce pour le peuple tout entier. C’est dire que cette bénédiction actualise pour nous le Mystère Pascal que nous allons célébrer pendant le Triduum à venir et plonge chacune de nos existences dans la réalisation actuelle de ce Mystère pour l’Église et pour le monde. L’année ecclésiale dans laquelle notre synode nous a engagés nous demande d’en rendre grâces et d’en témoigner.

 

Nous nous réjouissons de l’année de la foi annoncée par le Saint Père, en ouverture du cinquantième anniversaire du concile Vatican II. Notre Messe chrismale souligne l’heureuse articulation de ce thème avec ceux de l’année ecclésiale et de l’année de l’évangélisation voulue par le diocèse. C’est en effet la même onction qui fait de nous un royaume de prêtres pour son Dieu et Père. Si chaque baptisé participe à son sacerdoce royal et prophétique en vue d'offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu (1P 2, 5), les prêtres sont appelés à partager son oblation de manière particulière. Ils sont appelés à la vivre dans le service du sacerdoce commun des fidèles. L'Ordre est le sacrement grâce auquel cette mission confiée par le Maître à ses apôtres continue à être exercée dans l'Église jusqu'à la fin des temps. C'est le sacrement du ministère apostolique, qui comporte les degrés de l'épiscopat, de la prêtrise et du diaconat.

 

Très chers frères, aujourd'hui nous prenons une conscience particulière du beau ministère qui nous a été conféré. Redisons ensemble au Christ, Bon Pasteur, notre fidélité et notre amour. Confiants dans la puissance de sa grâce, renouvelons les promesses faites le jour de notre ordination, faisons-le dans cette vaste église Notre-Dame Auxiliatrice chère à saint Jean Bosco, dont la belle figure sacerdotale nous accompagnera encore lors des ordinations de juin prochain. Je veux dire un mot particulier aux jeunes qui sont parmi nous. Soyez à l’écoute des appels du Seigneur dans votre vie, soyez attentifs aux besoins de ceux qui vous entourent. Si vous pensez que notre Église peut et doit faire quelque chose pour le salut des hommes et des femmes du XXI° siècle, demandez-vous comment Dieu vous appelle à vous donner dans cette mission. Si votre route a croisé celle de prêtres qui ont eu la chance de pouvoir vous aider dans votre chemin à la suite du Christ, dites-vous que les jeunes qui vous suivent ont, eux aussi, droit à rencontrer des prêtres qui seront leurs guides ; et ces prêtres de demain, ils sont aujourd’hui parmi vous. C’est à vous que s’adresse l’appel du Seigneur. Que celui qui a des oreilles, qu’il entende ! Dans cette espérance, laïcs fidèles du Christ, prêtres et diacres, religieux, religieuses, consacrées, je souhaite à tous de très saintes fêtes de Pâques !

+ Louis Sankalé

évêque de Nice

Partager cet article

Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 13:19

 

Diapositive1

Diapositive2

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 17:11

Kermesse-2010--24-.JPGLe Dimanche 12 février à 17h à l'église du Vœu à Nice (près du Lycée Masséna / Ancienne gare routière) aura lieu un temps de partage, chants et prière.

De 17h à 19h, avant la messe des jeunes de l'église du Vœu, nous prierons et chanterons ensemble, autour de musiques de Glorious, Exo ou des JMJ... avec batterie, guitares, guitares électriques, basse, clavier, contrebasse, violon, flute .. bref, tout un ensemble dynamique et festif, qui fera rimer Foi et Joie.

Ce temps de partage sera animé par un "orchestre" composé de jeunes et de moins jeunes bien décidés à vous communiquer la joie et l'amour de la musique qui les animent.

Ce temps est dédié principalement aux lycéens et jeunes adultes, mais aussi aux collégiens et aux adultes, plus vieux certes, mais restés jeunes. Donc, finalement, à tous ...

Venez nombreux !!!

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 14:03

Un nouveau résponsable du service diocésain des vocations a été nommé le premier septembre de cette année. Pour relancer cette pastorale, le père François Régis Jamain propose une rencontre mensuelle au Voeu, avec messe, enseignement, repas et prière. 

 

Responsable du Service Diocésain des Vocations depuis le 1er septembre dernier je tenais à porter à votre connaissance les informations suivantes :

 

Accueil

Le bureau de ce service est toujours situé à la maison du Séminaire –

29 Boulevard Franck Pilatte,

son téléphone est le 04 93 89 20 51,

vous pouvez aussi joindre mon secrétariat au 07 61 84 52 53.

 

Je suis personnellement au bureau en principe tous les mardis.

C’est là que peuvent me contacter les personnes qui souhaiteraient un
discernement pour une vocation.
 

 

Rencontres mensuelles

Un dimanche par mois, en lien avec le Père Jean Marie Lopez,

vicaire épiscopal chargé du pôle jeune,

une messe des vocations est célébrée à 19h à l’Eglise du Vœu à Nice.

 
Cette messe est précédée à 18h d’un temps de prières et d’enseignement puis suivi d’un moment de partage convivial (apéritif partagé tiré du sac) pour ceux qui le désirent.
 

La prochaine messe aura lieu le dimanche 22 janvier à l’Eglise du Vœu.
 


En ce début d’année, je vous adresse mes vœux les plus fraternels pour que 2012 soit une année de paix, de joie et de grâce.


Père François-Régis JAMAIN

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 15:36

Ordination-Luc--164-.JPG

Après deux heures de célébration pour que naissent deux nouveaux diacres, il me revient d’accomplir le dernier rituel. Bien souvent ce n’est pas le plus court…il s’agit bien sûr des remerciements.

 

Nous venons de le célébrer précisément dans l’Eucharistie, mais notre action de grâce vaut bien une nouvelle mention. Nous voulons donc rendre grâce à Dieu, non de nous avoir choisi, mais d’offrir à son peuple qui prie, les ministres dont l’Eglise a besoin. En cela nos regards se tournent vers vous chers amis, qui inlassablement, et depuis de nombreuses années prient pour l’affermissement de notre foi et de notre vocation. J’adresse un remerciement tout particulier aux Jeunes Adorateurs qui, depuis dix ans, offrent de leur temps pour accompagner de leur prière les séminaristes et les jeunes prêtres.

 

Cher confrères diacres. Merci de votre présence. Que nous soyons diacre en vue du sacerdoce ou diacre permanent, c’est à l’imitation de l’unique Christ Serviteur que nous sommes ordonnés et votre présence manifeste cette unité.

 

Chers prêtres, curés, amis ou formateurs, merci pour vos conseils et vos enseignements par lesquels vous nous avez conduit à être jugé digne, en ce jour, d’être ordonnés diacres.

 

A vous Monseigneur, qui venait de nous conférer l’ordination diaconale, nous adressons nos remerciements pour l’appel que vous nous avez adressé au nom de l’Eglise, pour son service et la plus grande gloire et de Dieu.

 

Enfin, nous voulons saluer la présence de nos familles et de nos amis, venus parfois de loin et spécialement nos parents. Ils nous ont donné la vie et conduit sur les fonds baptismaux pour y recevoir la vie de Dieu. Aujourd’hui, avec eux, nous nous réjouissons de l’œuvre de Dieu dans nos vies.

 

Et comme il est toujours impossible en de telles circonstances que personne ne fut oublié, Merci à vous tous pour les efforts que vous avez consentis au long de ces années pour que s’accomplisse en nous cette parole de Marie :

 

Fiat Mihi Secundum Verbum Tuum.

Qu’il me soit fait selon ta Parole

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 15:30

52Dimanche 18 décembre, Luc Denoyer et Frédéric Appiano ont été ordonnés diacres en vue du sacerdoce par Mgr Louis Sankalé, évêque de Nice, en la cathédrale Sainte Réparate. Autant, il faisait froid sur la place Rossetti tout illuminée pour les fêtes de la Nativité ; autant, il faisait chaud dans les coeurs à l'intérieur de la cathédrale pour cette belle ordination. Une cérémonie chaleureuse et simple à l'image des nouveaux diacres.

Ordination Luc (79)

 

Ordination Luc (97)  Ordination Luc (89)

Ordination Luc (158)

Vous pouvez désormais retrouver les photos de cette célébration sur l'album en ligne de la paroisse  en suivant le lien : 

https://picasaweb.google.com/109517925601535861366/OrdinationLuc

 

ou sur le site du diocèse :

http://www.nice.catholique.fr/actu_anciennes.php?action=25r

 

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 13:40

Divers 9426

Monseigneur, je vous présente Luc Denoyer que vous m’avez confié pour sa formation pastorale à la Paroisse saint Vincent de Paul à Contes. Je puis dire que cela était un temps de grâce pour moi, je pense aussi pour beaucoup de paroissiens. Je ne dis pas cela seulement au sujet de tout ce qu’il a fait dans la paroisse, mais à cause de ce qu’il est.

Luc a 27 ans. Il est le troisième d’une fratrie de quatre enfants. Ses parents, Catherine et Patrick se sont mariés en 1977 (Chers Parents, je vous rappelle que en 2012 vous fêterez vos 35 ans de mariage !).

Les années 1990 et 1991 ont été deux années charnières de son enfance. Quatre événements importants s’y sont déroulés : l’appel du Seigneur à le suivre comme prêtre, appel qu’il a entendu dans la prière ; sa première communion ; ses débuts comme enfant de chœur aux côtés de ses formidables frères (Pascal et Marc) et le départ vers le ciel de son petit frère Paul.

 Luc a grandi dans une famille catholique attachée à la prière quotidienne et à la messe dominicale. Après sa première communion, pendant un certain temps, il a mis de côté sa vocation.

En 2001, après 4 années de scoutisme, lors du rassemblement des Routiers Scouts d’Europe à Vézelay (wezle), il est de nouveau touché par la grâce de Dieu. Pendant la veillée, où près de 2000 jeunes se sont pressés dans la basilique pour adorer le Christ, le prédicateur les invite à répondre à la question : que veux-tu faire de ta vie ». Cette question fait ressurgir en son cœur l’appel entendu dès l’âge de six ans. Les années 2002 et 2003 Luc passe à Saint Nazaire, un brevet de technicien supérieur en construction navale. Si un jour vous passez dans ce beau pays, dans la cour de l’école, aller voir une belle réplique de la cheminée du paquebot « France », construite avec beaucoup de talent par Luc et les autres étudiants.

Et c’est comme cela que Luc trouve beaucoup de bonheur à naviguer sur l’océan breton et de sa chère côte des Alpes Maritimes sur son beau kayak pour la plus grande joie de sa contemplation. 

En 2004 Luc commence son année propédeutique au séminaire de Laghet, accueilli par votre prédécesseur Mgr Jean Bonfils. Après deux années de philosophie à Laghet, Monseigneur vous envoyez Luc pour qu’il découvre L’Arche de Jean Vanier. Au début l’expérience qui lui était proposée ne suscitait pas spontanément pour lui un grand enthousiasme, c’est pourtant avec grande joie qu’il l’a vécue. En vivant à ses côtés j’ai bien compris que son séjour à l’Arche l’avait transformé et profondément marqué. Là-bas Luc a appris aussi que motoculteur peut-être extrêmement dangereux.

Après son retour à Laghet il continue ses études, et depuis un an et quelques mois il les suit à l’Institut Catholique de Paris en se plongent dans la richesse de la liturgie avec beaucoup de joie.

Luc est un homme mûr, qui sait se battre pour ses convictions. Il n’a pas peur de poser des questions et de chercher des réponses.  Et croyez-moi je sais ce que je dis ! Mais en même temps c’est un homme de foi : assidu dans la prière, amoureux dans la liturgie, courageux et fidèle. Un homme guidé et préparé par Dieu pour devenir un homme de Dieu. C’est dans cette optique qu’il faut voir aussi tous les saints prêtres qu’il a rencontré sur ses chemins ; ceux de Nice et de Nantes ; de l’Institut Notre-Dame de Vie, les moins de Lérins et bien d’autres prêtres qui lui ont donné le bon goût du sacerdoce.

Le peuple chrétien a été consulté, et ceux à qui il appartient d'en juger ont donné leur avis. Aussi j’atteste que Luc Denoyer a été jugé digne d'être ordonné diacre.

 

Présentation de séminariste Luc Denoyer par Mr le Curé de Contes 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 17:21

bdls5La semaine passée, nous publions les notes de C.R ( Année d'ecclésiologie - première journée ) prises au cours de la conférence du père fr. Benoît-Dominique de La Soujeole, op de Fribourg. Cette conférence était en quelque sorte la leçon inaugurale de cette année d'ecclésiologie proposée par le diocèse dans le cadre de la formation théologique, en réponse aux demandes formulées lors du synode diocésain. Vous pouvez retrouver sur le site du diocèse le texte intégral de cette conférence qui viendra compléter les notes publiées précédemment.

http://www.formations06.catholique.fr/sites/formations06.catholique.fr/IMG/pdf/conference_texte_de_b.d._de_la__soujeole.pdf

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 09:18

bdls5.jpgLe Samedi 15 octobre s'est tenue la première journée de formation de l'année d'écclésiologie. A travers la conférence du  Fr. Benoît-.Dominique de La Soujeole, o.p., se fut l'occasion de rédécouvrir la profondeur du mystère de l'Eglise. Voici quelques points de cette conférence grâce à la plume attentive de Claude R.

 

Présentation de la conférence.

Vatican II a eu pour thème central, l’Eglise. La Constitution Lumen gentium est le texte majeur du concile auquel se rattachent, comme les rayons d’une roue, tous les autres documents. Lumen gentium débute par un chapitre 1er dont le titre est justement : Le Mystère de l’Eglise. C’est dire que nous avons dans cette affirmation l’énoncé source pour entrer par la bonne porte dans la réflexion sur la nature profonde de la communauté chrétienne. Cet énoncé ne dit pas tout à lui tout seul, bien sûr, mais ce qu’il nous révèle ne devra jamais être oublié dans l’étude de toutes les questions qui seront abordées ensuite (Personnes et Ministères, l’Eglise dans le monde…).

Le mot mystère possède deux sens, le premier qui est plus familier à la tradition latine qui est la nôtre, et le second qui est plus familier à la tradition orientale (catholique et orthodoxe). Nous avons-là le plan de notre exposé :

L’Eglise est un mystère [I]: ce qu’elle est nous est révélé par Dieu, et nous l’accueillons dans la foi (Lumen gentium n° 2, 3, et 4).

L’Eglise est un mystère [II] : à l’image du Christ dont l’humanité nous dit et nous donne la vie divine, l’Eglise nous dit et nous donne humainement la vie divine par la Parole et les sacrements (Lumen gentiumn° 1 et 8).

http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html

 

 

Propositions de modules :

1. L'Eglise est elle un obstacle pour la foi?

2.    Peut-on dire que l’on croit en l’Eglise (cf. le credo) de la même façon que l’on croit en Dieu ?

3.    La doctrine (magistère) et la théologie : peut-il y avoir conflit ?

4.    L’Eglise « extérieure » à nous, ou bien « sommes-nous » l’Eglise ?

5.    Hiérarchie de service - égalité de sainteté.

6.    Toute la vie divine est-elle transmise par la Parole et les sacrements, ou bien y a-t-il d’autres voies ?

7.    Unité et diversité dans l’Eglise : harmonie ou tension ?

8.    L’Eglise qui parcourt l’histoire depuis 2000 ans reste-t-elle toujours la même ?

 

L’Eglise est un mystère

 

 

Mystère de l’Eglise=porte d’entrée

 

Si nous ratons cette porte, nous ratons le cœur du sujet, nous faisons alors tout autre chose, de la sociologie, psychologie…

Dans Vatican II, Lumen Gentium  est le thème central d’où partent tous les autres aspects de notre religion.

Chaque personne a quelque chose de radical, de fondamental qui est la dignité, de même l’Eglise est dignité quelque soit les différences en son sein.

 

MYSTERE : 2 sens

 

I.            Mystère, dans sa traduction latine.

 

 

 L’Eglise est un mystère, cela veut dire qu’Elle est révélée, Elle se rapporte à  notre Foi (tel le Fiat de Marie). Seule la Foi peut nous permettre la réflexion.

A chaque génération, il faut refaire la démarche de la Foi. Saint Paul disait :  « Vous êtes le corps du Christ…… »  et « La Grâce de Dieu, source du salut, s’est manifestée au peuple de Dieu… »

Peuple de Dieu dans sa réalité théologale, l’Eglise dans son entier est mystère, visible et invisible. Ces deux aspects font partie de notre Foi. C’est l’Alliance de Dieu et de l’homme en une seule personne - Alliance avec tout ce qui est visible. Il ne faut pas lier invisible avec Mystère, car ce qui est visible est aussi Mystère et le Mystère est justment ce qui nous est révélé.

Exemple : Un aveugle qui guérit miraculeusement, pour nous c’est un Signe, ce n’est pas uniquement une réalité inexplicable.

Le signe nous renvoie à une autre réalité. Tout ce qui est visible dans la communauté chrétienne, est signe ecclésial. Nous croyons à l’Eglise (cf. CREDO).

 

Eglise-Christ, est un couple. Comment ce Mystère est-il perçu dans l’Eglise ?

Trois types de réactions :

A  la superficie : Pour les contemporains de Jésus, Jésus est le fils du charpentier de Nazareth et rien d’autre. Ils ne l’ont pas écouté, pas suivi. Actuellement également nous pouvons surprendre ce même regard, un regard qui se limite aux manifestations extérieures. Ca peut-être un regard de journaliste. C’est lorsque nous restons à la superficie des choses.

     Deuxième regard : Des gens simples, voyant cet homme, ont été frappés, ils se sont laissés  interroger « ce n’est pas banal de faire marcher un paralytique.. », ils ont vu que Jésus était habité par une force, ils ont pensé « c’est un prophète »(Mc-8).

Ce regard peut être formé sur la communauté que nous formons actuellement, car Elle est porteur d’une « sagesse » très élevée.

Exemple de cet ingénieur Polonais, il y a une trentaine d’année qui en Chine, voyant un ouvrier en train de se noyer car il ne savait pas nager, saute dans l’eau très froide pour le sauver. Il attrape une pneumonie, et l’homme de la direction du chantier qui vient le voir à l’hôpital lui dit que c’est bien la dernière fois que cela se passe comme cela, il vaut mieux lui dit-on laisser l’ouvrier se noyer car il y en a beaucoup, par contre ils manquent d’ingénieur. Cet exemple est réel, l’ingénieur est maintenant dans la même confrérie que le conférencier.

Cet exemple nous montre que tout le monde n’a pas cette sagesse très élevée, en ne considérant pas la vie comme supérieure.

Depuis 2000 ans il y a malgré tout un renouvellement dans la communauté chrétienne, exemple avec les JMJ. Ce n’est pas comme n’importe quelle communauté, il apparait quelque chose de supérieur.

Néanmoins nous sommes formés de pêcheurs. Dans notre communauté et en chacun cohabitent grandeurs et grandes bassesses. Qu’y a-t’il donc en plus ? Se laisser interroger par les signes que nous voyons, et être ouverts aux signes.

 

Troisième regard.

C’est celui de Pierre : « Pour vous qui suis-je » « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant », c’est la Foi confessé par un cœur d’homme.

Corps du Christ et peuple de Dieu sont une communauté observable.

Donc si cette question est posée à n’import quel Homme ou femme : « Pour vous qui suis-je ? », deux seules réponses sont possibles, celle de la Foi ou celle de la non Foi.

Si nous n’avions pas le CREDO, nous ne serions pas vivants dans l’Eglise.

Attention, par la routine, nous rétrogradons facilement au 2ème, voir au 1er regard .

Par le passé nous avons le mauvais exemple de l’Action Française, ils n’avaient retenus que l’action politique.

 

L’Eglise est la Trinité qui invite les hommes à la rejoindre.

C’est une ouverture Trinitaire : notre réponse se fait en entrant dans l’Eglise.

Le Mystère de Dieu inclut le Mystère des hommes ; en formant l’Eglise.

Comment cela nous aide t-il dans nos relations ministre-laïc ?

La Foi sera la lumière nécessaire.

FOI=Vie qui se cultive, avec ses hauts et ses bas.

 

II.            Mystère en son sens plus oriental, du grec signifie FAIT DE L’INCARNATION

 

 

Quelle est la relation entre l’ HUMANITE et la DIVINITE.

C’est la Parole de Dieu qui parvient jusqu’à notre cœur. Le Christ est instrument de Dieu car il est Dieu.

      La Sainteté

Dans la communauté Chrétienne, Parole et Grâce de Dieu nous parvient. Il y a plus que nous en nous. C’est donc toutes les activités de la communauté qui sont signe et instrument de Dieu,toute la vie, pas seulement l’homélie !

 La Grâce de la vie Divine se transmet par les sacrements, mode le plus élevé, mais qui n’est pas le seul. Les contres témoignages éloignent les gens. Tout dans la communauté est élevé et donne de la vie Divine. La nature de la communauté est complexe, elle est divino-humaine.

L’Eglise est sainte et composée de pêcheurs. La communauté reçoit sans arrêt les sacrements du salut. Par la fidélité de Dieu, malgré nos péchés, il ya maintenance de la sainteté. Malgré donc tous les péchés, toutes les lenteurs…,c’est en demeurant au sein de la communauté que l’on devient sainteté ; Mais n’oublions pas l’humilité, si l’Eglise est sainte c’est souvent malgré nous.

      La sécularisation

C’est la diminution à une réalité uniquement humaine. Sommes-nous l’Eglise ou l’extérieur ? Voir St Paul. La solidarité n’est pas à séculariser.  La charité est la solidarité vitale,  elle nous conduit donc à un comportement ecclésial dans l’unité.

Quel est le rapport entre unité et diversité ? Il faut tenir ensemble cette unité et cette diversité. Voir St Paul, dans l’épître aux éphésiens, ch 4,5 et 6.

En premier lieu est l’unité (membre d’un seul corps), et puis la diversité. Les 2 sont complémentaires. Il ne faut abandonner ni l’une ni l’autre. (ex :orchestre).

 

Prise de notes de CR

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 14:15

A l'heure du lancement de l'année d'ecclesiologie, monseigneur Louis Sankalé adresse à ses brebis répandues à travers tous le diocèse, un message très imagé. La photo de famille prise à l'issue de la messe de rentrée des maisons d'Evangile à Breil sur Roya est le support de son exhortation.

Photo1

Paru dans les Nouvelles Religieuses, n°383, septembre 2011.  

Partager cet article

Repost0