Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entrer en contact...

Secrétariat paroissial
5 rue saint Martin,
06390 Contes
tel. 04.93.79.00.58

paroissestvincentdepaul@gmail.com


Horaires d'ouverture :
mardi et jeudi 8h30-11h30 
vendredi 13h30-16h30

 

Site internet

blogstvincentdepaul@gmail.com

 

 

Le Curé

abbé Adam WIJATA

 

 

 

Prêtre auxiliaire

Abbé Eric Rebuffel

les vendredis et samedis

Photos


Fin d'année 2014


Installation du père Adam
Septembre 2014

ob_4a2372_dscf5396.JPG
Pélerinage à Notre Dame d'Utelle
Septembre 2014



Soirée Louange 14 déc 2015
La Trinité


Kermesse 2015


Première Communion 2015

 

25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 09:11

L'Hospitalité diocésaine de Nice nous invite à vivre le pèlerinage à Notre Dame de Lourdes du 3 au 9 Juillet 2016.

Lors de notre messe des familles à la Pointe les membres de l'Hospitalité nous ont donné l'eau à la bouche avec un beau diaporama où les sourires sur les photos nous montrait toute la joie partagée entre les malades et les hospitaliers. Je vous renvoie à un article de notre blog qui est éloquent sur ce qui se vit à lourdes.

Nous vous invitons à venir, comme dit le chant "faire briller votre vie", cette année soit en temps qu'hospitalier ou en temps que malade.

Pour vous inscrire en temps qu'hospitalier c'est très simple il suffit d'imprimer et de remplir la Fiche d'inscription pour les Hospitaliers si jointe.

Pour vous inscrire en temps que malade il faut imprimer la Fiche d'inscription pour les malades si jointe et faire remplir par votre médecin le Dossier médical et le renvoyer par courrier à :

M le Médecin conseil

HOSPITALITÉ DIOCÉSAINE DE NICE

Salle Nazareth - Immeuble Les Mimosas

91, Chemin du Val Fleuri

06800 CAGNES SUR MER

Pour toutes questions ou informations complémentaires

par téléphone : 04 93 13 03 51

par mail : hospitalitenice06@gmail.com

Fiche d'inscription pour les Hospitaliers

Fiche d'inscription pour les malades et Dossier médical

Repost 0
Published by blogstvincentdepaul - dans VIE SPIRITUELLE VIE DIOCESAINE
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 18:04
Berceau de saint Vincent de Paul

En vacances dans le sud des landes nous nous sommes rendu dans le lieu de naissance de saint Vincent de Paul notre Saint Patron depuis une quinzaine d'année.

Le lieu est à quelques encablures de Dax, on est arrivé lors d'un mariage ou l'abbé Luc aurait été heureux!!!

Nous avons eu envie de vous faire partager en image ce lieu.

Il serait intéressant de faire un pèlerinage en ce lieux, Lourdes est pas loin, ce qui ne gâche rien.

Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos
Quelques photos

Quelques photos

PRIERE DE SAINT VINCENT DE PAUL

 

Dieu soit loué ! Dieu soit béni !

De tout cœur, je vous demande miséricorde. Miséricorde, mon Dieu, oui miséricorde.
Pour tous les abus que nous avons commis de vos grâces, pour toutes les négligences qui vous ont déplu. Ne vous souvenez pas de nos péchés.
O Dieu Sauveur, je vous en prie, donnez-nous l’humilité, vous qui avez toujours cherché la gloire de votre Père aux dépens de votre propre gloire, aidez-nous à renoncer une fois pour toutes à nous complaire en vain dans les succès. Délivrez-nous de l’orgueil caché et du désir que les autres nous estiment. Nous vous supplions, Seigneur miséricordieux, de nous donner l’esprit de pauvreté. Et si nous devons avoir des biens faites que notre esprit n’en soit pas contaminé, ni la justice blessée, ni nos cœurs embarrassés.
O Sauveur, vous êtes venu nous apprendre à aimer notre prochain comme nous-mêmes.
Vous nous avez montré, par votre vie, que le service des pauvres est préférable à tout.
Aidez-nous à comprendre que ce n’est point Vous quitter que de Vous quitter pour eux.
Vous qui avez voulu être pauvre, vous vous révélez dans les pauvres.
En eux, Seigneur, nous vous rencontrons ;
en les servant, nous vous servons.

O mon Dieu, nous sommes prêts à accepter tout ce que vous nous enverrez, à l’accepter promptement, entièrement, constamment et avec amour.
Nous nous jetons dans vos bras, Sauveur du monde. Seigneur, tirez-nous après vous, faites-nous la grâce de suivre votre exemple et de regarder toutes choses comme vous le regardez.
Avec vous, Seigneur, jamais rien ne nous manquera et jamais rien ne nous retiendra.

Dieu soit loué ! Dieu soit béni !

 

 

 

PRIERE DE LA FAMILLE VINCENTIENNE

Seigneur Jésus, tu as voulu te faire pauvre,
donne-nous des yeux et un cœur pour les Pauvres ;
pour que nous puissions te reconnaître en eux ;
dans leur soif, leur faim, leur solitude et leurs misères.
Suscite dans notre Famille vincentienne l’unité, la simplicité, l’humilité
et le feu de la charité qui enflamma Saint Vincent de Paul.
Donne-nous la force de Ton Esprit pour être fidèles
à pratiquer ces vertus, pour que nous puissions Te contempler
et Te servir dans les Pauvres
et qu’un jour nous soyons unis à Toi, avec eux dans Ton Royaume.

Repost 0
Published by blogstvincentdepaul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 02:24
La fraternité franciscaine « Notre Dame des Oliviers »

La fraternité franciscaine séculière est la troisième branche de la famille religieuse franciscaine. Elle regroupe des hommes et des femmes laïques et des religieux dans le monde qui ne sont ni frères franciscains ni sœurs clarisses. Elle est reconnue par l’Église avec la vocation pour ses membres de suivre Jésus d'une manière adaptée à leur état de vie et selon le charisme franciscain.

Les fraternités sont différentes structures, d'abord et avant tout c'est local ; petits groupes qui se rencontrent et partagent au moins une fois par mois ; il existe un échelon régional avec des rencontres et des enseignements communs; puis un échelon national pour les responsables et un échelon international. Tout cela amène beaucoup de diversité….Chaque fraternité est accompagnée spirituellement par un prêtre ou un laïque formé. Les 3 branches de la famille franciscaine sont unies structurellement et spirituellement et se fécondent mutuellement.

A Contes, la fraternité s'appelle « Notre Dame des Oliviers » ; elle est bien vivante depuis des décennies avec environ 12 à 15 personnes à chaque réunion mensuelle. Le projet de vie proposé se dévoile progressivement et peut aboutir au fil des années et par étapes à un engagement; mais il suffit d'être catholique et pratiquant pour nous rejoindre. A chaque réunion, nous avons une messe, un partage thématique et un repas en commun. Il n'y a pas d'autre condition en particulier physique, sociale, matérielle ou intellectuelle… C'est simple et accessible.

Pour résumer à mon modeste niveau ce que j'ai compris du charisme de Saint François… il y a d'abord la pauvreté comme vertu évangélique. Le Christ de divin s'est fait pauvre et partant de ce constat, François a fait des choix pour lui ressembler en tout; le fils de bourgeois du XIII siècle a tout renier : biens matériels et famille pour vivre comme un mendiant découvrant la joie de ne dépendre que de Dieu et d'être tout à tous. Sans nécessairement la pauvreté matérielle, chacun de nous est justement rejoint et consolé dans sa pauvreté existentielle, ses manques, ses faiblesses par le Christ. On peut revendiquer une simplicité matérielle , de détacher du superficiel, s'engager auprès des plus pauvres, accepter sereinement les limites, le handicap, la vieillesse, la maladie…

Ensuite il y a la fraternité… Quelle joie immense des débuts et quelle surprise pour François quand il découvre que Dieu lui donne des frères dans une vocation qui représente une folie pour la plupart des hommes…. Notre groupe est formé d'individualités qui ne se seraient ni choisies ni même rencontrées autrement. Le frère (et tout être humain) représente une grâce. Nous sommes fils et filles d'un même père et nous progressons simplement malgré nos parcours, nos difficultés humaines, nos personnalités et au-delà de nos affinités naturelles, vers plus de communion. François a fraternisé avec toute la création, la nature et les animaux avec lesquels il a eu une relation miraculeuse. Il a réussi pendant les croisades à mener un dialogue avec le sultan… la fraternité doit être source de respect de la création, de paix, de dialogue, de tolérance et d'engagement.

La joie est un thème important chez François. il y a la joie humaine ; c'est vrai qu'on se trouve bien dans cette drôle de « famille » pleine d'humour et de tendresse. Mais Saint François a expérimenté une autre joie qu'il qualifie de « Joie Parfaite ». Au milieu même des souffrances, des échecs, des rejets…une joie enracinée en Dieu ; c'est la joie du saint pour laquelle je ne suis pas compétent… et qu'il faudra essayer de découvrir vous-même.

Pour terminer la spiritualité franciscaine n'est pas coupée du reste de l'église et du monde. Ce n'est pas une spiritualité d'enfouissement. Au contraire, elle doit amener à évangéliser et à témoigner à travers une vie de prière et d'action.

Voilà, si vous êtes intéressé par les rencontres ou désirer des renseignements, vous pouvez me contacter à ce numéro et me laisser un message :06 59 33 48 29.

Nicolas (« ministre »de la fraternité Notre Dame des Oliviers Contes)

Repost 0
Published by blogstvincentdepaul - dans VIE SPIRITUELLE VIE DE LA PAROISSE
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 08:24

Le mouvement "Focolari", nous invite à prier pour la paix, tous les jours à midi. Depuis la guerre du golf en 1991, Plus que jamais en ce temps d’inquiétude, unissons-nous dans cette démarche.

TIME-OUT

Père Éternel, avec tous ceux qui font le temps de pause dans le monde en ce même instant, nous demandons la Paix pour la terre entière en particulier en Syrie, au Nigeria, en Irak... Et partout où la guerre existe encore aujourd'hui.

Nous nous engageons à porter la Paix là où nous vivons afin de construire un monde plus uni.
Repost 0
Published by blogstvincentdepaul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 15:16
Comment bien me préparer à Noël ?
La réponse du père Bruno Leclerc

Noël arrive parfois bien trop vite…Tumulte des rues décorées et chants de Noël, courses dans les magasins, tout cela semble raccourcir le temps ! Comment prendre le temps de se préparer à vivre pleinement la fête de Noël ?

Noël, c’est accueillir le fils de Dieu dans son humanité, mais, direz-vous, toute la vie chrétienne consiste à accueillir le don de Dieu : le don que Dieu nous fait de sa vie-même, le don de sa présence de Dieu-avec-nous (Emmanuel), le don de son Esprit qui nous fait vivre et espérer au jour le jour.

A Pâques, nous accueillons le don de Dieu qui nous sauve par la mort et la résurrection de son Fils. Chaque dimanche, en communiant à l’eucharistie, nous accueillons le don de Dieu en recevant la nourriture de l’amour pour notre vie quotidienne. Dans chacun des sacrements de l’Eglise, nous accueillons le don de Dieu.

Noël fête de l’Enfant Jésus et des enfants

Alors, quelle est la tonalité particulière du mystère de Noël ? La scène de la crèche, le bébé couché sur la paille, les regards émerveillés des braves bergers, les yeux écarquillés des enfants, voilà des «images grand public» qui nous font entrer de plein pied dans la proposition d’une joie simple, accessible à tous, aussi universelle que la joie d’une naissance dans une famille ; et dans le respect partagé par tous de ce qui est fragile.

La société française l’a bien compris : même dans les écoles publiques, on fête Noël. On parle souvent de Noël comme de la fête des enfants. L’expression est piégée si l’on veut réduire l’événement à des enfantillages, ou si c’est une ruse de la société de consommation pour renforcer la position de l’enfant-roi. Mais l’expression est belle si l’on se réfère à la parole de Jésus : «Vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu si vous ne devenez pas comme l’un de ces enfants».

Se préparer à Noël dans la joie et la simplicité

Se préparer à Noël, c’est retrouver ce cœur de pauvre, cette humilité des enfants, cette capacité d’entrer dans la joie des choses simples. Se préparer à Noël, c’est inventer des gestes tout simples, à la fois symboliques et efficaces, comme l’invitation d’un voisin isolé, le partage avec plus pauvre que soi…

Se préparer à Noël, c’est avoir l’humilité de faire comme tout le monde, de décorer sa maison, de s’habiller… parce que ce jour là, nous sommes tous à égalité.
C’est tout simplement accepter que la joie soit gratuite.

http://noel.catholique.fr/questions/comment-bien-me-preparer-a-noel/comment-bien-me-preparer-a-noel/

Repost 0
Published by blogstvincentdepaul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 07:27

« Nous ne pouvons pas rester enfermés dans nos paroisses quand tant de personnes sont en attente de l'Evangile » Pape François.

Nous à Lyon, les jeunes catholiques, prenons cette demande du Pape au pied de la lettre et nous allons à la rencontre de ces personnes à nos périphéries pendant 1 semaine avec la Mission Exultet ! Rejoignez-nous pour transmettre aux autres la joie de notre foi : du 28 juin au 4 juillet à l'Arbesle.

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 13:53

saint-Benoit.jpgL’Eglise fête saint Benoît le 11 juillet. En 2005, le saint Père, lors de l’Angelus, a souligné l’exigence de sainteté à laquelle le saint nous convie. Faisons donc plus ample connaissance avec l’un des Pères fondateurs du monachisme occidental.

 « Il savait aussi qu’en relation profonde avec Dieu, le croyant ne peut se contenter de vivre de façon médiocre, à l’enseigne d’une éthique minimaliste et d’une religiosité superficielle… La sainteté au contraire est la priorité de tout chrétien qui, aujourd’hui, est devenue une priorité pastorale face au besoin de donner à l’existence et à l’histoire de solides références spirituelles ». Benoît XVI à l’Angelus du dimanche 10 juillet 2005.

La vie de saint Benoît nous est parvenue grâce aux Dialogues du Pape Grégoire le Grand (540-604). Nous avons repris quelques citations de cette œuvre pour jalonner la biographie du saint.

« Il y eut un homme, ‘Béni’ de grâce et de nom, dont la vie respire le sacré. Dès le temps de son enfance, son cœur fut celui d’un Ancien… Né sur cette terre avec le pouvoir d’en user à son gré pour un temps, il méprisa comme déjà fané le monde avec sa fleur »

Saint Benoît, littéralement « le béni » est né aux alentours de 480 d’une famille aisée à Nursie, ville située à une centaine de kilomètres nord-est de Rome. Il étudie dans la ville éternelle les arts libéraux (le trivium : grammaire, dialectique et rhétorique ainsi que le quadrivium : arithmétique, musique, géométrie et astrologie) et voit poindre à l’horizon de sa vie une carrière prometteuse. Mais l’inconduite des étudiants, et bien plus encore, la perspective d’une vie dans le monde l’inquiètent. La parole du Christ : « Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi, la gardera. » (Mt. 10, 39) ne l’a certainement pas laissé indifférent. Un choix se présente à son âme. Sans coup férir, Benoît décide de « ne rien préférer à l’Amour du Christ », il quitte donc tout et part mener une vie d’ermite dans la grotte de Subiaco.

Voulant plaire à Dieu seul, il habita « avec lui-même sous le regard de Dieu ». La grotte n’est pas sans évoquer le dépouillement de la crèche.…Sa vie est désormais cachée dans le Christ, mais sa réputation de sainteté se répand comme une traînée de poudre. Nombreux, sont ceux qui lui rendent visite pour tantôt lui apporter de la nourriture, tantôt quémander quelques sages conseils. Un événement majeur tire Benoît hors de sa solitude.

Non loin de la grotte, dans le monastère de Vicovaro, le Père Abbé est mort. Les moines désemparés se rendent chez le saint en le suppliant de prendre la tête du monastère. Saint Benoît obéit et se rend vite compte qu’il est mis à l’épreuve. « A la tête du monastère il maintint fermement la vie régulière : aucun moine n’eut plus la licence, comme précédemment, de dévier du chemin de la sainte vie en s’écartant à droite ou à gauche. De rage les frères perdirent la tête… Ils cherchèrent le moyen de le faire mourir ». Par sa puissante prière et par ses bénédictions, Benoît dévoile chacune des intrigues machiavéliques, et démasque les attaques de l’antique ennemi. Suivant le conseil du Christ : « Si l’on refuse de vous accueillir et d’écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville en secouant la poussière de vos pieds » (Mt. 10, 14), Benoît quitte le monastère et revient s’installer à Subiaco, pour un temps seulement…car la Providence oriente son chemin vers les hauteurs du Mont Cassin, ancien lieu apollonien.

« Le saint homme, passant à d’autres lieux, ne changea pas d’ennemi. Il soutint même des combats d’autant plus graves qu’il trouva en face de lui le maître même du mal, attaquant à découvert. Le bourg que l’on appelle Cassin est situé au flanc d’une haute montagne… tendant sa pointe vers le ciel… L’homme de Dieu dès son arrivée brisa l’idole, renversa l’autel… Dans le temple d’Apollon, il établit un oratoire en l’honneur de saint Martin, et sur l’emplacement de l’autel il en éleva un dédié à saint Jean ». Le malin se déchaîne et use d’artifices les plus divers pour entraver la construction du monastère…en vain ! Benoît, cependant présage la ruine du monastère par les Lombards qui aura lieu après sa mort (547). Détail plein d’humanité et consolant pour nous : cette vision le fait pleurer. Ainsi la sainteté de saint Benoît ne l’empêche-t-elle pas d’être attaché à son œuvre. Toutes ces tribulations lui vaudront d’être, outre le patron de l’Europe, le patron de l’échec !

Echec aux yeux des hommes mais non yeux de Dieu : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » (Jn. 12, 24). Un de ses fruits sera d’ailleurs la Règle des Moines douée d’une grande et féconde paternité spirituelle.

Il meurt vers 547, dans son monastère, debout, (comme pour préfigurer la Résurrection), les mains levées au ciel, et dans un dernier souffle murmurant des prières.

http://www.jeunes-cathos.fr/questions-de-foi/vie-pour-le-christ/saint-benoit-un-modele-de-saintete

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 09:21

Ce week-end, des centaines de pères, grands-pères mais aussi futurs papas marcheront en pèlerinage, vers Cotignac pour les sudistes et Vézelay pour ceux du nord. Une proposition de foi au succès grandissant pour des hommes en quête de ce qui fait la spécificité humaine et spirituelle de leur genre.

Benjamin Coste

http://www.famillechretienne.fr/agir/pelerinages/en-avant-les-peres-pelerins-!-145167

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 14:44

 

Merci, Seigneur de me donner la joie d’être en vacances
Donne au moins quelques miettes de cette joie
A ceux qui ne peuvent en prendre
Parce qu’ils sont malades, handicapés,
Ou trop pauvres ou trop occupés…


Donne-moi la grâce de porter, partout où je passe,
Le souffle léger de ta paix
Comme la brise du soir qui vient de la mer
Et qui nous repose de la chaleur des jours.
Donne-moi la grâce d’apporter, partout où je passe,
Un brin d’amitié, comme un brin de muguet,
Un sourire au passant inconnu
Un regard à celui qui est tout seul et qui attend…

Donne-moi la grâce de savoir redécouvrir
Ceux qui vivent à mes côtés et que je ne sais plus voir
Parce qu’ils font "partie des meuble" !
Que je sache les regarder avec émerveillement
Parce que toi tu les aimes et qu’ils sont tes enfants.

Donne-moi la grâce d’être serviable et chaleureux
Pour mes voisins de quartier ou de camping,
Et que mon « bonjour » ne soit pas une parole distraite,
Mais le souhait véritable d’une bonne journée
Si possible remplie de toi, mon ami, mon Seigneur,
Qui es toujours auprès de moi-même lorsque je l’oublie
Parce que toi tu ne peux pas cesser un moment
De m’aimer au cœur même de la liberté,
Au cœur de ce temps de vacances qui devrait être rempli de toi.


Source : Extrait de la revue "Le lien" n° 93, paroisses de Buc, Jouy

Repost 0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 18:23

 Image1.jpgLa Trinité est un mystère lumineux: « De même que dans trois soleils, contenus l’un dans l’autre, dit Saint Jean Damascène, il y aurait une seule lumière par compénétration intime » (Saint Jean Damascène). La révélation de la Très Sainte Trinité se résume de manière simple et profonde dans la courte phrase de la première lecture de Saint Jean: « Dieu est amour ». Il ne l’est pas uniquement par rapport à nous ou à l’univers créé. Il l’est en lui-même, dans son intimité, essentiellement, infiniment, éternellement. D’ailleurs l’amour est vraiment lui-même dans la relation avec un autre qui le constitue. Pour être charité, l’amour doit tendre vers l’autre (Saint Grégoire Le Grand).

            1) Vivre et cohabiter

            La foi chrétienne a deux grands Mystères : l’Unité et Trinité de Dieu et l’Incarnation, passion, mort et résurrection de Jésus Christ.

            Toutefois, malgré l’importance que la Trinité revêt pour notre foi, on a souvent l’impression que pour beaucoup celle-ci n’est rien de plus qu’une vérité à laquelle il faut croire, un mystère absolument incompréhensible, sur lequel on ne se pose pas beaucoup de questions.

            La Trinité est un dogme qui peut paraître loin et ne pas toucher la vie. Au contraire celle-ci est la révélation du secret du vécu de la vie, de la sagesse sur la vie, sur la mort, sur l’amour, et elle nous dit : en tout premier, c’est un lien de liberté, c’est-à-dire une communion d’amour.

            Un seul Dieu en trois personnes: Dieu n’est pas en soi solitude, mais communion, l’océan de son essence vibre d’un infini mouvement d’amour, réciprocité, échange, rencontre, famille, fête. Quand « au commencement » Dieu dit: « Faisons l’homme à notre image et ressemblance », l'image dont il parle n’est pas celle du Créateur, pas celle de l’Esprit, ni celle du Verbe éternel de Dieu, mais elle est toutes ces choses à la fois.

            Face à la révélation de la Trinité, il ne nous est pas demandé seulement le silence mais aussi la stupeur et la joie, car il s’agit, oui, d’une réalité inaccessible, infiniment plus grande que nous, mais aussi d’une réalité lumineuse: elle éclaire l'homme dans son esprit et dans son cœur, dans la contemplation et l’action.

         Cette révélation ne vient pas simplement satisfaire notre besoin de connaître Dieu; elle touche directement au destin de l’homme et de la création. Le salut, en tant que communion d’amour entre Dieu et l’homme, reflète les caractères des deux interlocuteurs qui la constituent: Dieu et l’homme. Alors l’homme ne peut être compris sinon à partir de Dieu: fait à l’image de Dieu, il est façonné sur le Christ, image parfaite de Dieu (Col 1,15). Les questions et réponses sur Dieu sont donc d’une importance fondamentale pour comprendre l’homme. 

            En connaissant le Père (l’Aimant), le Fils (l’Aimé) et l’Esprit (l’Amour), nous entrevoyons que, dans son intimité la plus profonde, Dieu est dialogue, une vie d’amour entre trois Personnes. C’est ici que réside l’originalité de la conception chrétienne de Dieu, et c’est ici que l’homme trouve l’explication la plus vraie sur lui-même. L'homme sent que la nostalgie de la communauté, de la solidarité et du dialogue ne peut être supprimée; il en a besoin pour vivre et grandir, il en a besoin plus que de l’air qu’il respire. Mais ce n’est qu’à la lumière de la Trinité que cette constatation acquiert cette profondeur insoupçonnable: nous sommes faits pour nous rencontrer, pour dialoguer et aimer, parce que nous sommes « à l’image de Dieu », et que Dieu est, justement – d’après ce que nous comprenons – une communauté d’amour.

            2) La vie est amour

            La vocation à la communauté est la trace de la Trinité dans l’homme et « Tu vois la Trinité quand tu vois l’amour » (Saint Augustin) que le pape émérite Benoît XVI explique ainsi: « En effet, l’Esprit est la puissance intérieure qui met leur cœur au diapason du cœur du Christ, et qui les pousse à aimer leurs frères comme Lui les a aimés » (Lett. Enc. Deus Caritas est, n. 19). L’Esprit nous introduit au rythme même de la vie divine, qui est une vie d’amour, en nous faisant participer personnellement aux relations qui s’écoulent entre le Père et le Fils. Si Paul, en énumérant les fruits de l’Esprit, met l’amour à la première place, cela a un sens: « voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, etc. » (Gal 5,22). Et, comme par définition l’amour unit, cela signifie avant tout que l’Esprit est créateur de communion au sein de la communauté chrétienne, comme nous disons au début de la messe en utilisant l’expression de saint Paul: « … que la communion du Saint Esprit [soit celle qui est opérée par lui] soit avec vous » (2 Cor 13,13). Mais d’un autre côté, il est vrai aussi que l’Esprit nous stimule à nouer des relations de charité avec tous les hommes. Donc, quand nous aimons nous faisons une place à l’Esprit, lui permettons de s’exprimer pleinement.

            Plus que sur le Mystère des Trois Personnes, les textes de la liturgie d’aujourd’hui attirent, en effet, davantage notre attention sur la réalité d’amour qui est contenue dans ce premier et suprême Mystère de notre foi. Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont Un, parce qu’ils sont amour et que l’amour est la force vivifiante absolue, que l’unité créée par l’amour est encore plus « unité » qu’une unité purement physique. Le Père donne tout au Fils : le Fils reçoit tout du Père avec reconnaissance ; et le Saint Esprit est comme le fruit de cet amour réciproque entre le Père et le Fils.

            Donc, le passage tiré aujourd’hui de l’Evangile de Saint Jean nous fait réfléchir et contempler l’étonnante profondeur et gratuité de l’amour du Père qui nous donne son Fils. En se faisant chair Celui-ci touche l’homme dans sa réalité concrète quelle que soit sa situation. Dieu a assumé la condition humaine pour la guérir de tout ce qui la sépare de Lui, pour nous permettre de l’appeler, en son Fils Unique, « Abbà, Père » et être de vrais fils de Dieu. Saint Irénée affirme: « C’est la raison pour laquelle le Verbe s’est fait homme et le Fils de Dieu, Fils de l’homme : afin que l’homme, en entrant en communion avec le Verbe et en recevant ainsi la filiation divine, devienne fils de Dieu » (Adversus haereses, 3, 19,1: PG7,939).

            Le Verbe de Dieu s’est fait chair non pas par obligation juridique, mais par exigence de libre amour, grâce à une surabondance d’amour. La Trinité n’est rien d’autre que ce mystère surabondant d’amour qui, du ciel, s’est déversé sur la terre, surmontant chaque frontière, chaque limite. Dieu nous fait don de son Fils aimé, mais n’oublions pas que ce don est pour tous : pour le monde entier.

            Si bien que Saint Jean, dans ce même passage de l’Evangile du jour, poursuit en disant que Dieu a envoyé son Fils pour sauver le monde, pas pour le juger. Mais ceci n’enlève rien au fait que la présence du don détermine une crise : le don du Père peut être accueilli ou refusé.

            3) La vie est accueillir la Vie

Quelle est notre vocation ? Celle de vivre la vie trinitaire : il n’y a pas d’autre vocation que celle-ci. Chacun de nous est appelé à vivre la vie de Dieu. Et la vie de Dieu c’est la Très Sainte Trinité. C’est notre vocation. Notre vocation n’est pas de faire école, défaire avancer un laboratoire, de travailler à la maison, de nous occuper des enfants ; notre vocation n’est même pas de prier. Notre vocation c’est Dieu lui-même, c’est être en Lui, vivre en Lui. Notre vocation nous appelle à croire à l’amour, à l’accueillir, à le vivre.

            Qui, au moins une fois dans la journée, ne fait pas le signe de croix ou ne récite pas le Notre Père ? Ces Gestes indiquent notre appartenance naturelle à Dieu, qui veut faire de nous des êtres divins, comme Lui. Et ça, les saints l’avaient très bien compris, en incarnant dans leur vie le modèle d’amour trinitaire sur les routes du monde, pauvrement comme St François d’Assise, paternellement avec Saint Pio de Pietrelcina, charitablement comme Mère Teresa de Calcutta, de manière cachée, derrière les grilles d’un monastère de clôture comme sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, familièrement comme les Epoux Martin parents de la Sainte de Lisieux.

            De tous les saints, Marie est la créature la plus proche de la Très Sainte Trinité : fille du Père, Mère du Fils, Epouse du Saint Esprit. La Vierge Marie, dans sa docile humilité, s’est faite humble servante de l’Amour : elle a su accueillir la volonté du Père en concevant son Fils par œuvre du Saint Esprit. En Elle, le Tout Puissant a pu ériger un temple digne de Lui, faisant de ce temple un modèle et une image pour l’Eglise, maison de communion pour chaque homme et chaque femme.

            Aide-nous Marie, reflet de la trinité, à grandir dans la foi et à accueillir dans notre vie le mystère trinitaire, un mystère qui nous parle d’amour, d’accueil et de communion.

            Que les Vierges consacrées dans le monde soient pour nous un exemple, elles qui, dans le quotidien de leur vie, veillent sur l’appel à la sainteté en menant une existence simple, par le biais d’un travail « profane ». Par leur style de vie dans le monde, elles marquent la présence du Christ dans la vie quotidienne, pour transformer le monde selon le Cœur du Dieu trine. Ces femmes font cela en mettant en pratique les conseils évangéliques. En effet «  la vie consacrée, par conséquent, est appelée à approfondir continuellement le don des conseils évangéliques par un amour toujours plus sincère et plus fort dans une dimension trinitaire : amour du Christ, qui appelle à l'intimité avec lui ; amour de l'Esprit Saint, qui dispose l'âme à accueillir ses inspirations ; amour du Père, origine première et but suprême de la vie consacrée. Elle devient ainsi confession et signe de la Trinité, dont le mystère est montré à l'Église comme modèle et source de toute forme de vie chrétienne. » (Saint Jean Paul II, Ex. Ap. Post-Sinodale Vie Consacrée, n. 21)

http://www.zenit.org/fr/articles/la-trinite-communion-d-amour-et-de-lumiere-l-homme-son-vrai-reflet

Repost 0
Published by Paroisse saint Vincent de Paul - dans VIE SPIRITUELLE
commenter cet article